Nucléaire : Ahmadinejad fait monter les enchères

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé mardi que l’objectif final de l’Iran était d’installer 60.000 centrifugeuses afin de produire du combustible pour les centrales nucléaires civiles, malgré les menaces de sanctions du Conseil de sécurité. «Nous voulons produire du combustible (nucléaire ), il faut donc aller jusqu’à 60.000 centrifugeuses, nous sommes au début du chemin», a déclaré M. Ahmadinejad au cours d’une conférence de presse. Il était interrogé à propos de l’objectif déclaré de l’Iran d’installer d’ici mars 2007 quelque 3.000 centrifugeuses.
Dimanche, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mohammad Ali Hosseini, a déclaré que l’Iran cherchait à "atteindre" l’objectif des 3.000 centrifugeuses d’ici à la fin de l’année. L’Iran a installé fin octobre une seconde chaîne de 164 centrifugeuses dans son usine d’enrichissement de Natanz (centre) et refuse de suspendre son programme d’enrichissement d’uranium malgré les menaces du Conseil de sécurité. «Cette question est dépassée», a déclaré M. Ahmadinejad à une journaliste iranienne qui l’interrogeait sur la possibilité d’une suspension de l’enrichissement pour faciliter les négociations entre l’Iran et les grandes puissances. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis ,Russie ,Chine, France, Grande-Bretagne) et l’Allemagne examinent actuellement un projet de résolution préparé par les Européens et visant à imposer des sanctions contre les programmes nucléaire et balistique de l’Iran après son refus de suspendre son enrichissement d’uranium.
Mais les six grands peinent à s’entendre sur un texte en raison de l’opposition de la Russie et la Chine.
Les ambassadeurs des "six" se sont retrouvés lundi pour une réunion de 90 minutes à la mission française auprès de l’ONU mais ont décidé de laisser leurs experts clarifier certains aspects très techniques du projet de sanctions débattu depuis trois semaines. Ils doivent se retrouver mercredi. «Les grandes puissances ont tenté de retirer à notre peuple ses droits en matière nucléaire. Mais avec l’aide de Dieu et la résistance du peuple, l’Iran maîtrise totalement le cycle du combustible nucléaire et le temps joue en faveur de l’Iran», a déclaré le président iranien. "Beaucoup de pays ont accepté de vivre avec un Iran maîtrisant l’enrichissement d’uranium", a-t-il ajouté. «J’espère que nous allons organiser cette année la grande fête de la nucléarisation de l’Iran», a-t-il poursuivi. Avant d’ajouter que cette fête était celle «de la confirmation du droit nucléaire de l’Iran». Enfin, le président iranien a affirmé que des négociations avec les Etats-Unis n’étaient pas à l’ordre du jour actuellement. "Nous ne sommes pas prêts à discuter avec le régime d’occupation", a-t-il dit à propos d’Israël, qu’il a qualifié d’"illégitime".
"Mais nous sommes prêts à discuter avec les Etats-Unis mais à certaines conditions. A condition qu’ils changent d’attitude", a-t-il dit, répétant la position traditionnelle de l’Iran.
Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, avait déclaré que l’Iran n’était pas "demandeur" de dialogue avec les Etats-Unis à propos de l’Irak.
George W. Bush et  Tony Blair ont de nouveau exigé que l’Iran suspende son programme d’enrichissement d’uranium, au risque d’un isolement grandissant sur la scène internationale. Téhéran affirme que son programme d’enrichissement est pour le moment cantonné dans un cadre de recherches. Selon les experts, il faut avoir plus de 3.000 centrifugeuses pour passer au stade industriel afin de pouvoir produire du combustible pour les centrales nucléaires civiles.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *