ONU : Le plan d’autonomie du Sahara comparé aux autonomies d’autres pays

ONU : Le plan d’autonomie du Sahara comparé aux autonomies d’autres pays

L’Initiative marocaine pour l’autonomie de la Région du Sahara comparée avec les autonomies au Canada, en Europe et dans les Etats des Caraïbes de Trinidad et Tobago, Saint-Kitts-et-Nevis et Antigua-et-Barbuda.

C’est l’exercice qui organisé lundi au siège de l’Onu par la Mission Permanente du Maroc aux Nations unies dans le cadre d’un séminaire international de recherche sur le thème: « les relations extérieures des régions autonomes et la coopération transfrontière ».

Le séminaire a été présidé par Marc Finaud, Conseiller principal au Centre de Politique de Sécurité de Genève. Il a été animé par des experts, chercheurs et académiciens venant du Canada, d’Italie et de Trinidad-et-Tobago.

«La grande innovation du projet marocain est de stipuler un partage de compétences entre l’Etat central et la Région autonome, applicable y compris dans le domaine des relations extérieures», a rappelé M. Finaud lors de Dans son intervention d’ouverture.

M. Finaud a conclu que “l’étendue des compétences de la Région autonome irait bien au-delà de la pratique courante dans la plupart des statuts d’autonomie”, indiquant que “non seulement la Région serait consultée par l’Etat sur les activités internationales dans les domaines de compétence de celle-ci, mais l’Initiative marocaine permettrait aussi à la Région autonome d’exercer ses propres relations extérieures dans le cadre, désormais reconnu internationalement, de la coopération décentralisée ».

Pour sa part, le Professeur Jean-Louis Roy, Président-Directeur général de Partenariat International de Montréal au Canada, a relevé les similitudes entre le système des Provinces canadiennes et l’initiative d’autonomie en ce qui concerne les relations extérieures. Il a dans ce sens souligné que la représentation des populations de la Région autonome du Sahara au sein du Parlement et des autres institutions nationales, telle que prévue dans l’article 18 de la proposition d’autonomie, permettra à la région de défendre les intérêts de la population locale et garantir que ses préoccupations sont prises en compte par le Gouvernement central.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *