P.O. : Le massacre se poursuit

L’armée israélienne continuait d’occuper, pour la troisième journée consécutive, la ville de Ramallah, où elle encerclait les bureaux du président palestinien Yasser Arafat. Par les moyens déployés sur le terrain, l’opération menée à Ramallah est la plus importante qu’ait lancée l’armée dans les territoires palestiniens depuis le début de leur occupation, en juin 1967. En Cisjordanie, trois Palestiniens, dont deux membres des forces de sécurité, ont été tués à l’entrée du camp de réfugiés d’Al-Amari près de Ramallah, par des tirs de soldats israéliens embusqués sur le toit d’un immeuble.
A l’aube, un autre membre des forces de sécurité palestiniennes avait été tué par un obus tiré par un char israélien lors d’affrontements survenus dans le nord de Ramallah. Dans la nuit, les forces de sécurité palestiniennes avaient annoncé que quarante chars israéliens, s’étaient retirés de Ramallah, sur la centaine qui avait été déployée dans cette localité. La radio publique israélienne a indiqué que ces chars ayant quitté Ramallah se dirigeaient vers le secteur de Tulkarem (nord de la Cisjordanie), à la suite d’informations faisant état d’éventuelles attaques d’activistes palestiniens. Dans le centre de la bande de Ghaza, trois soldats israéliens ont été tués et deux autres ont été blessés par l’explosion d’un engin piégé au passage d’un convoi près de la colonie de Netzarim. Les cinq hommes appartenaient à l’équipage d’un char qui a sauté sur une forte charge explosive, commandée à distance. L’attaque a été revendiquée par le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).
L’armée israélienne a aussitôt mené une importante incursion en territoire autonome palestinien, au sud de Netzarim, a indiqué un responsable palestinien. Les soldats israéliens ont ainsi occupé la localité d’El-Almagraka où ils ont fouillé les habitations. Deux postes de la police palestinienne ont également été détruits au cours de cette opération.
Le général américain en retraite Anthony Zinni devait rencontrer jeudi soir le Premier ministre israélien Ariel Sharon à sa résidence à Al-Qods. Il devait également s’entretenir avec le M. Arafat samedi à Ramallah, en Cisjordanie). L’émissaire américain doit tenter de faire appliquer le plan «Tenet», rédigé en juin 2001 par le directeur de la CIA, George Tenet, et prévoyant un mécanisme de cessez-le-feu entre Palestiniens et Israéliens. Un plan qui n’a pas été appliqué alors qu’il était censé servir de prélude au rapport de la Commission internationale présidée par l’ex-sénateur américain George Mitchell.
Ce rapport constitue une sorte de guide des mesures devant permettre, une fois le calme revenu, de ramener les deux parties à la table des négociations. Le président américain George Bush qui, à de nombreuses reprises ces derniers mois, avait mercredi, justifié les actions israéliennes dans les territoires palestiniens au nom du droit à la «légitime défense» d’Israël a vivement critiqué les opérations israéliennes, estimant qu’elles n’aidaient «pas à créer les conditions pour la paix».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *