P-O : On saigne bien la paix

P-O : On saigne bien la paix

Début de semaine sanglant au camp de réfugiés de Jabaliya, dans la bande de Gaza, avec six nouvelles victimes tombées, hier dans la matinée. Six Palestiniens qui viennent rallonger une liste qui semble loin de s’arrêter un jour.
Israël affirme que quatre activistes du Hamas ont été tués, lorsqu ils tentaient de piéger, à l’explosif, le chemin emprunté par une unité de l’armée. L’armée israélienne qui se permet de tout faire, sauf lésiner sur les moyens, a chargé un hélicoptère de leur liquidation, à l’aide d’une roquette, comme cela a pu être confirmé par des sources médicales.
Toujours à Jabaliya, les balles israéliennes ont fait deux victimes. Les activistes palestiniens qui tentent, tant bien que mal, de défendre leur camp contre l’incursion barbare israélienne, ont perdu deux des leurs. Les deux activistes ont rendu l’âme dans deux incidents distincts.
Israël, qui déborde d’imagination quant aux appellations de ses opérations sanglantes, a baptisé cette dernière tuerie «Jours de pénitence». Une opération qui a fauché la vie de plus de 70 Palestiniens, depuis son début le 28 septembre, et qui ne risque pas de se contenter de ce nombre affligeant.
Cette opération meurtrière ne semble être qu’à ses débuts, l’armée israélienne aspirant à la poursuivre encore pour longtemps. « Les forces israéliennes sont prêtes à opérer, non en terme de jours, mais de semaines. (…) Dans la guerre contre le terrorisme, on ne résout pas le problème en une opération mais par une suite d’opérations successives et nous continuerons d’opérer le temps qu’il faudra », a indiqué le chef d’état-major, le général Moshé Yaalon, dans une déclaration, reprise par l’AFP, à la radio militaire israélienne.
Comme à l’accoutumé, les responsables israéliens se plaisent à confondre acte de résistance et terrorisme. Deux concepts qu’Israël arrive à amalgamer, sans vergogne et sans laisser l’occasion à quiconque de donner un qualificatif à ses cascades d’assassinats massifs.
Ce début de semaine a également été marqué par des pilonnages effectués par des hélicoptères et des drones israéliens qui, à coup de roquettes et de mitrailleuses lourdes, tiraient sur tous ce qui bouge dans le camp de Jabaliya. Les Palestiniens qui avaient l’audace de s’aventurer hors de leur refuge étaient aussitôt pris pour cible par le feu israélien.
D’épaisses fumées noires émanant de plusieurs endroits ; sifflements de balles et sons d’explosions tonnant ça et là ; véhicules de la Croix-Rouge internationale distribuant eau et vivres dans les quartiers les plus sinistrés ; le chaos qui régnait ce lundi matin à Jabaliya n’a pas empêché ses habitants d’affluer, par dizaines, dans ce qui leur sert de maisons, afin d’exprimer leurs condoléances aux familles des martyrs.
Ces derniers décès portent à plus de 3 400 le nombre de Palestiniens tués depuis le début de la seconde Intifada, en septembre 2000. Du côté israélien, on recense plus de 950 morts depuis cette date. Un lourd tribut à mettre à l’actif de la politique aveugle, meurtrière et expansionniste des dirigeants israéliens, car, s’il n’en retournait que des deux peuples, ceux-ci auraient depuis bien longtemps fait de vivre en paix. Une paix prise en otage par les intérêts des uns et des autres.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *