Partenariat de choix

Les dirigeants de Air littoral et leurs homologues de la RAM ont présenté, lundi 10 février lors d’une conférence à Casablanca, les grandes lignes de leur partenariat à travers la mise en marche d’une ligne entre Casablanca et Montpellier. Ouverte le 20 décembre dernier à raison d’une fréquence par semaine, cette desserte a réalisé, selon Air Littoral, des “résultats satisfaisants avec un coefficient de remplissage de près de 70% pour les deux premiers mois d’exploitation“.
Les deux compagnies envisagent de passer à trois fréquences hebdomadaires dès le mois de mars prochain.
La collaboration entre les deux transporteurs, jugée fructueuse par les intéressés, concerne la représentation commerciale et l’assistance portuaire apportées par la RAM à Air Littoral.
Lors de la conférence de presse, les responsables ont annoncé le développement de leur coopération. Celle-ci englobera, dès le mois d’avril, la mise sur pied d’un codeshare sur la liaison Casablanca-Montpellier qui permettra aux passagers des deux compagnies de voyager indifféremment sur le vol en question. Air Littoral qui se veut une compagnie innovante, créative et pionnière se considère aussi comme un leader du transport aérien régional en France depuis 30 ans.
Disposant d’une flotte de 32 appareils et revendiquant plus de 6000 passagers par jour, cette compagnie privée assure pas moins de 120 liaisons entre les grandes villes de l’Europe du sud et de la Méditerranée. Air Littoral a ouvert des lignes sur Alger au départ de Nice et de Montpellier en juin 2002, puis vers Oran et Constantine en août. La compagnie a décidé de lancer trois nouvelles dessertes sur l’Algérie : Nice/Annaba, Nice/Bejaia et Montpellier/Oran. Air Littoral, qui a été racheté par Marc Dufour le 30 juin 2001suite à des problèmes financiers, est en train de chercher à équilibrer ses comptes notamment par des accords de ce genre.
D’où les accords de partenariat qu’il a passés avec de nombreux transporteurs aériens (Air, One, Spanair, Air Algérie, la RAM, Lufthansa). Il est vrai que la conjoncture du transport aérien, soumis à une concurrence très rude, est de plus en plus difficile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *