Pas d’illuminations à Bethléem

Un fauteuil vide pour Yasser Arafat ainsi qu’un arbre de Noël plongé dans le noir – la nuit de Noël a été d’une infinie tristesse à Bethléem, ville natale de Jésus, cernée par les blindés israéliens. Pour la seconde année consécutive, le « raïs » palestinien a été jugé indésirable à la traditionnelle messe de minuit par un Etat hébreu qui lui reproche de fomenter des attentats anti-israéliens et jure sa mort politique.
Les festivités de la naissance du Christ se sont déroulées cette année dans une ville morose, plongée dans le noir et noyée sous la pluie.
Même l’annonce, au dernier moment, par Tsahal de son repli en lisière du centre-ville, n’a pas réussi à réchauffer le coeur d’une population en voie de paupérisation avancée en raison de la désertion des touristes et pélerins chrétiens. « Bethléem est une ville noyée de chagrin », a résumé son maire, Hanna Nasser. « C’est la première fois dans l’histoire de cette agglomération que l’arbre de Noël n’est pas illuminé en guise de protestation contre l’occupation israélienne ».
En guise de symbole, un traditionnel keffieh palestinien à damiers noir et blanc avait été posé sur le fauteuil inoccupé réservé au président de l’OLP au premier rang de l’église Sainte-Catherine, qui jouxte la basilique de la Nativité. Sur la chaise, avait été placé un carton encadré d’un liseron aux couleurs palestiniennes et disant en anglais: « Son Excellence Yasser Arafat, Président de l’Etat de Palestine ».
La messe de minuit a été célébrée par Mgr Michel Sabbah, patriarche latin de Jérusalem et plus haut représentant du Saint-Siège en Terre sainte. Malgré les interdictions, de nombreux fidèles, souvent des étrangers, se sont pressés à l’intérieur de l’église Sainte-Catherine, à tel point que certains se sont évanouis dans la cohue.
Dans son homélie prononcée en français, Mgr Sabbah, de nationalité palestinienne, a déclaré à l’adresse des Israéliens : « Le sang a coulé dans vos villes et dans vos rues mais la clé de la solution de ce conflit réside entre vos mains. Par vos actes jusqu’ici, vous avez piétiné le peuple palestinien sans être parvenus à obtenir la paix ».
Le prélat a lancé un appel vibrant pour « de nouveaux dirigeants » et « une nouvelle vision » permettant de parvenir à la paix et à la sécurité. S’adressant directement à la chaise laissée vacante pour Yasser Arafat, Mgr Sabbah a déclaré: « Nous souhaitions votre présence parmi nous ce soir et nous invitons Dieu à vous donner la sagesse et le pouvoir nécessaires pour poursuivre votre mission en faveur de la paix et de la justice ». En arabe, il a également dit: « Nous continuerons à exiger notre liberté et notre dignité (…) Le peuple palestinien veut dire au peuple israélien qu’il forme des voeux pour sa paix, sa sécurité et son bien-être. Avec semblable paix, les Palestiniens veulent la liberté et la fin de l’occupation ».
« Nous vous (ndlr? les Israéliens) demandons de comprendre les raisons de la violence ainsi que ce que représente l’occupation. Vous avez besoin de nouveaux dirigeants dotés d’une nouvelle vision accordant à tous ici paix et sécurité ».
La place de la Mangeoire, qui brillait jadis de mille feux, avait été transformée en vulgaire parking pour taxis et voitures dont la lueur des phares tentait de trouer l’obscurité.
Durant la messe de minuit, les forces israéliennes étaient invisibles dans les parages de la place de la Mangeoire et les mesures prises par la sécurité palestinienne se sont faites légères. Les forces israéliennes ont effectué des patrouilles et imposé un couvre-feu à la ville au cours du mois passé.

• Mark Heinrich (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *