Pêche côtière : Les opérateurs s’organisent en confédération

Pêche côtière : Les opérateurs s’organisent en confédération

Les opérateurs de la pêche côtière se sont constitués en confédération, mercredi, à Rabat. Les représentants de plus de trente associations sont convenus de la constitution d’un cadre institutionnel regroupant les trois fédérations de différentes professions du secteur «afin de réhabiliter un corps de métier desservi par la méconnaissance de ses réalités propres et pour sauvegarder la richesse».  Moins de 3 mois après  l’éclosion de l’idée de regroupement  à Dakhla  en février dernier  lors d’une précédente réunion des patrons de pêche, la commission de réflexion chargée de plancher sur la meilleure manière d’organiser les métiers de la pêche côtière a rendu sa copie aux trois fédérations du secteur. Représentants de la pêche à la ligne, au chalut et à la sardine se sont ainsi vus proposer un projet de statut fondamental présidant à la constitution d’une organisation  autonome, démocratique et unioniste qui prévoit de zoner la profession en région du nord allant de Tanger à Kénitra, en zone  du centre  s’étendant de Kénitra à Agadir et en zone sud partant  d’Agadir à Lagouira. Selon  ce projet, la confédération a pour  finalité de défendre les intérêts et d’améliorer les conditions de travail des professionnels, d’œuvrer à la révision du cadre légal présidant à l’exercice des métiers de mer et de participer à la sauvegarde  de  la richesse  de la ressource halieutique. Elle a également pour objectif de se poser en interlocuteur valable  face à l’administration et à coopérer avec les organismes étrangers similaires. Le projet de statut prévoit 5 organes dirigeants : le congrès national, l’assemblée  des chefs, le bureau politique, celui de la communication, et les fédérations. L’article 25 stipule que la confédération est financée au moyen de  la perception  de contributions mensuelles  calculées sur les ventes de chaque groupement membre. Selon Youssef Benjelloun et Mohamed Bijdiguène qui ont conduit les débats, les groupements ayant participé à l’assemblée constitutive représentaient 80% des opérateurs. Consacrée à l’organisation, l’assemblée s’est fait en outre l’écho de doléances des pêcheurs côtiers quand certains de ceux qui y ont participé ont évoqué l’accord par lequel des industriels de la  conserve française auraient reçu un quota de captures de 100.000 tonnes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *