Pour une enfance mieux protégée

L’occasion pour des ambassadeurs bénévoles tels que l’athlète et champion mondial Hicham El Guerrouj, l’actrice Naima Lemcharqui et l’ancienne championne du monde du 400 mètres haies, Nawal Moutawakil, ainsi que Fatéma Aouam nouvellement Accréditée auprès de l’unicef, de se rendre en médina et assister aux conditions de travail dans les ateliers des coopératives artisanales, de dinanderies, de bijouteries, de zelliges où travaillent de nombreux enfants de Fès. Les ambassadeurs ont également visité les centres de protection de l’enfance aux quartiers Seffarine et Aïn Nokbi pour s’enquérir des conditions socio-éducatives et socio-culturelles assurées par les employeurs aux enfants à savoir l’effectivité de l’éducation non formelle ainsi que les activités récréatives devant permettre l’épanouissement naturel et harmonieux de l’enfant. Parallèlement, une séance de travail a réuni le représentant de l’Unicef à Rabat M. Olivier Théo Degreef, et Mme Habiba Zaoui, directrice de l’éducation informelle au sein du ministère de l’éducation nationale. Le but est de d’évaluer cette expérience pilote initiée à Fès pour être déplacée sur d’autres villes. Les intervenants n’ont pas manqué de rappeler les objectifs du projet. Il s’agit de la garantie des droits à l’éducation, à la santé et aux loisirs pour l’enfant mais aussi, et surtout, la prévention, l’élimination progressive du travail de l’enfant et le retrait des enfants qui ont moins de 15 ans des travaux nocifs. La création des centres de protection de l’enfant va dans ce même sens. Le but est de leur assurer l’ensemble des activités éducatives et récréatives et leur permettre également d’avoir accès aux soins médicaux nécessaires. Dans le cadre de cette même rencontre, le représentant de l’Unicef à Rabat a nommé l’athlète Fatéma Aouam nouvelle ambassadrice et reconduit les anciens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *