Premier Forum parlementaire maroco-français : Sécurité et coopération économique au menu

Premier Forum parlementaire maroco-français : Sécurité et coopération économique au menu

Les parlementaires marocains et français avaient rendez-vous avec le premier Forum parlementaire maroco-français. Un forum qui, selon le président de la Chambre des représentants Karim Ghellab, constitue la consécration d’un processus historique d’action parlementaire commune.

Une forte délégation française conduite par le président de l’Assemblée nationale française Claude Bartolone et le président du Sénat Jean-Pierre Bel a fait le déplacement au Royaume. Côté marocain, les travaux du forum ont connu la participation des présidents des deux Chambres parlementaires. Le débat a porté notamment sur la coopération bilatérale entre les deux pays dans les domaines économique et sécuritaire. Ghellab est d’ailleurs revenu dans son allocution sur les efforts déployés par les deux pays pour lutter contre le crime organisé transcontinental et coordonner les actions au niveau de l’espace euro-méditerranéen.

Conformément à cette vision, le Maroc a appuyé l’initiative de la France pour faire émerger un espace méditerranéen dédié aux projets communs, a poursuivi M. Ghellab, mettant en relief le rôle mobilisateur important de la France en faveur du Statut avancé du Royaume auprès de l’Union européenne, le soutien constant qu’elle apporte aux efforts des Nations Unies pour parvenir à une solution politique réaliste à la question du Sahara et son appui à la proposition marocaine d’autonomie en tant que base sérieuse et crédible pour un règlement pacifique de ce conflit artificiel et pour le processus de construction maghrébine.

Pour sa part, le président du Sénat français, Jean-Pierre Bel, a affirmé que le premier forum parlementaire franco-marocain constitue un instrument nouveau pour la coopération interparlementaire. «Au-delà des prérogatives qui sont, et qui doivent rester celles des gouvernements et de nos chefs d’Etat ( ) les Parlements ont eux aussi un rôle de premier plan à jouer en matière de coopération internationale», a relevé le président du Sénat, en évoquant différents défis à relever dans le cadre de la conjoncture actuelle.

Par ailleurs, le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid, a eu des entretiens avec les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat français, sur plusieurs questions de développement économique. Boussaid et les deux responsables français ont plaidé pour des relations «win-win» entre le Maroc et la France, surtout dans une conjoncture économique mondiale difficile. Le ministre a rappelé, à cet égard, que la France est le premier investisseur au Maroc, affirmant que ces relations «séculaires et privilégiées doivent continuer».

Pour sa part, M. Bartolone a mis l’accent sur la nécessité de promouvoir la coopération dans de nouveaux domaines, comme les énergies renouvelables. «Nous suivons avec attention la deuxième phase de la centrale solaire d’Ouarzazate», a-t-il dit.  Les deux parties ont discuté d’autres questions d’intérêt commun et de la situation sécuritaire au Mali et en République centrafricaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *