Prison de Meknès : Un détenu abattu par balles par un gardien

Prison de Meknès : Un détenu abattu par balles par un gardien

Un détenu classé « très dangereux » à la prison locale Toulal 2 à Meknès est décédé, lundi, suite à l’usage forcé de l’arme à feu par un fonctionnaire, qui a visé les membres du prisonnier afin de le neutraliser et mettre un terme à son attitude agressive envers un groupe de fonctionnaires, apprend-on auprès de la direction de l’établissement pénitentiaire.

Le prisonnier I.H, alias Anza, classé dans la catégorie A (très dangereux), a attaqué, vers 10h15, le chef de quartier et un groupe de fonctionnaires, au moment de la sortie pour la promenade, dans un dessein fomenté à l’avance pour prendre un des fonctionnaires en otage, affirme la direction de la prison locale Toulal 2, citée par un communiqué de la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

Les tentatives de neutraliser le détenu ayant échoué et vu le danger que représentait son attitude agressive et criminelle et sa force physique hors du commun et les blessures profondes à la tête et au visage qu’il a causées au chef de quartier, moyennant des blocs de pierre qu’il a extraits du mur de sa cellule, en plus de l’agression subie par d’autres fonctionnaires, un membre du staff de l’établissement s’est trouvé contraint, conformément aux dispositions légales, de procéder à des tirs de sommation, précise le communiqué.

Des éléments de la Gendarmerie Royale se sont rendus sur les lieux pour établir leur constat, avant que le détenu concerné ne soit transféré aux urgences de l’hôpital Mohammed V vers midi, pour recevoir les soins nécessaires, a fait savoir le communiqué, ajoutant que des représentants de la Sûreté nationale et du pouvoir judiciaire compétent se sont déplacés à l’hôpital, avant la déclaration de son décès vers 13h05.

Les fonctionnaires blessés ont été transférés d’urgence au même hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

Le détenu I.H est condamné dans plusieurs affaires d’homicide volontaire et de tentative d’homicide, à des sentences allant de la perpétuité à la peine capitale. Il avait déjà tué un policier au sein du tribunal, durant son procès, ainsi qu’un fonctionnaire de la prison locale à Kénitra. Il a, de même, été l’auteur d’une tentative d’évasion de la prison centrale Moul Lbergui à Safi, avortée à la dernière minute.

Articles similaires

1 Comment

  1. Kébir Ayach

    On autorise un criminel ,condamné à mort et classé »très dangereux » pour avoir tué plus d’une fois , à faire sa récréation mains libres…

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *