Programme de réparation communautaire : Le ministère de l’intérieur débloque 12 MDH

C’est aujourd’hui, mercredi 2 novembre, que le Conseil national des droits de l’Homme ( CNDH) et la Fondation CDG devraient officialiser leur partenariat avec les associations bénéficiaires de la dernière tranche de projets d’appui au programme de réparation communautaire. En effet, cet événement  devra connaître la signature de contrat de subvention au profit de 12 nouveaux projets dans les provinces d’Azilal, Khemisset et Tan Tan. «Financés par le ministère de l’Intérieur pour un montant de 12 millions de dirhams, ces projets concernent les axes suivants : la préservation active de la mémoire (1 projets), le renforcement des capacités des acteurs locaux (2 projets), l’appui aux activités génératrices de revenus (5 projets) et l’intégration de la femme et de l’enfant (4 projets)», indique le Conseil national des droits de l’Homme dans son communiqué. Et de poursuivre qu’ «avec le lancement de la dernière tranche, le bilan cumulé du Programme de réparation communautaire s’élève à 130 projets pour un investissement global de plus de 58 millions de dirhams financé par l’Union européenne, les services déconcentrés de l’État, les collectivités locales et d’autres partenaires internationaux». Lancé en 2007, le programme de réparation communautaire s’inscrit dans le cadre du suivi des recommandations de l’Instance équité et réconciliation (IER). Il concerne principalement les provinces de Figuig, Errachidia, Ouarzazate, Zagora, Tan Tan, Azilal, Khémisset, Hay Mohammadi-Ain Sbaa, Al Hoceima, Nador et Khénifa. «Ce programme est destiné aux régions et communautés considérées avoir souffert collectivement, de manière directe ou indirecte, des séquelles des violations graves des droits de l’Homme perpétrées dans le passé», souligne le  Conseil national des droits de l’Homme. Les actions s’articulent principalement autour du renforcement des capacités des acteurs locaux, la préservation positive de la mémoire, l’amélioration des conditions de vie des populations, à savoir les services, le développement des sources de revenus supplémentaires, la protection de l’environnement, le désenclavement des régions, la promotion des droits humains des femmes, et autres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *