Protéger les manuscrits

Protéger les manuscrits

Dans une déclaration à la MAP en marge du Colloque international qui se tient à Agadir sur "Le manuscrit arabe et l’identité civilisationnelle", M. Déroche a indiqué que le manuscrit qui est "un objet fragile", fait face à plusieurs facteurs qui menacent sa "survie", notamment naturels (insectes, moisissure) et même humains. Il a, également, relevé que depuis plusieurs années, des efforts sont consentis pour la conservation des manuscrits, soulignant toutefois que ces efforts doivent être assurés sur une longue durée afin de mieux servir la recherche sur les civilisations passées.
Les manuscrits sont "des vecteurs d’un savoir littéraire, mathématique, scientifique, astronomique, médical, etc, et ils ont également intéressé des sphères plus larges au-delà des frontières du monde arabo-musulman", a-t-il ajouté. Réfutant l’idée répandue selon laquelle il existe des manuscrits "importants" et d’autres "modestes", M. Déroche a affirmé que l’ensemble de ces écrits donne une idée sur les civilisations passées et "contribue à nous faire découvrir un panorama intellectuel d’une époque bien définie de l’Histoire de l’humanité". Evoquant l’étude ou la science des manuscrits, dite "la Codicologie", M. Déroche a fait savoir que cette science s’est d’abord intéressée aux manuscrits locaux, latins ou français, mais depuis une quinzaine d’années, elle s’est orientée vers le manuscrit arabo-musulman, vu sa richesse et sa contribution au rayonnement de la civilisation arabo-musulmane dans les différents domaines du savoir. Il a, également, fait savoir qu’il y a actuellement en Europe une prise de conscience de l’importance de cette science aussi bien pour le monde arabe que pour le monde occidental qui y voit "un moyen de mieux connaître les éventuels échanges qui ont eu lieu entre le monde arabo-musulman et le monde occidental au Moyen Age et à l’Epoque moderne".
S’agissant des collections européennes en matière de manuscrits, M. Déroche  a fait remarquer qu’à l’heure actuelle, ces collections sont assez bien cataloguées, et peuvent servir à ceux qui s’intéressent aux différents domaines  du savoir. Mais il a, toutefois, déploré l’existence de nombre de collections privées qui restent méconnues à cause de leurs propriétaires. A cet égard, il a déclaré que des efforts sont menés actuellement dans les pays européens pour que ces manuscrits finissent dans des bibliothèques publiques où ils seront accessibles aux différents chercheurs de par le monde.

Propos recueillis
par Hassan Hermas- (MAP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *