Provinces du Sud, Le cheptel se porte bien

Provinces du Sud, Le cheptel se porte bien

Selon l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), le cheptel dans les provinces du sud du Royaume se porte dans l’ensemble bien.

Durant son intervention à l’occasion de la session ordinaire de la Chambre d’agriculture dans la région de Guelmim-Smara, tenue récemment à Guelmim, le directeur régional de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), Mohamed Zerdoune, a souligné qu’aucun cas de maladie contagieuse n’a été enregistré parmi les troupeaux, toutes espèces confondues.

Il a, dans ce sens, mis en avant les efforts consentis pour conserver la bonne santé du cheptel, comme les opérations de vaccination des dromadaires, qui s’effectue à la demande, et des vaches, notamment dans la province frontalière de Tata, précisant que cette dernière opération a touché 1.000 têtes de bétail, en vue de sa généralisation à l’ensemble des provinces du sud du Royaume.

Il a, en outre, fait savoir que le programme d’identification des dromadaires via un système de puces électroniques et de boucles sera lancé incessamment dans l’ensemble des provinces du Sud et touchera, dans une première phase, 100.000 têtes, ajoutant que cette opération, qui devra durer huit mois, permettra d’obtenir une base de données sur les associations d’élevage camelin et de régulariser les subventions de l’Etat.

Déjà, le sud du Royaume a vu au mois d’avril dernier l’inauguration d’un nouveau laboratoire régional d’analyses et de recherches de l’ONSSA à Laâyoune.

Mobilisant des investissements de 31 millions de dirhams dont 2 millions pour les études financées par l’Agence du Sud et 29 millions de dirhams pour les travaux de construction et d’équipement financés par l’ONSSA, le laboratoire est destiné à renforcer les capacités analytiques du réseau des laboratoires de l’ONSSA dans les provinces du Sud.

Le laboratoire devra contribuer aux programmes de développement de la filière cameline en amont, à travers le diagnostic des maladies animales et les investigations sanitaires et en aval, par l’appui aux projets de valorisation des produits. Il devra répondre aussi
aux attentes des professionnels de l’industrie de la pêche de la région (126 établissements) et de l’agro-industrie.  

Situé dans la commune d’El Marsa, le laboratoire est construit sur une superficie de 12.000 m² dont 1.800 m² couverts et abrite des sections de microbiologie alimentaire, de santé animale, de chimie toxicologie ainsi qu’un bloc administratif.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *