Qui veut couvrir l’escroquerie d’Al Najat?

De partout dans le monde nous parviennent des informations, à propos des agissements de la société émiratie d’intermédiation pour l’emploi Al Najat Marine Shipping LLC et qui versent toutes dans le sens d’une mise en cause sans équivoque de cette entreprise qui a déjà berné et escroqué des centaines de milliers de citoyens à travers le monde auxquels elle a fait miroiter des chimères d’emplois sur des bateaux de croisière américains et européens dans les mers et océans de la planète. Ainsi, une dépêche AFP, datée le week-end dernier de Damas, se fait l’écho d’un article du quotidien syrien «Al baas» (pro-gouvernemental) dans lequel on apprend que «plus de 37 000 jeunes ont payé plus de 300 millions de livres» (six millions de dollars) pour des frais médicaux et d’enregistrement et ont attendu plus d’un an pour être embauchés » sont désormais convaincus d’avoir été victime d’une escroquerie.
Le représentant de la société émiratie en Syrie, un dénommé Mohammad Al-Khatib, a disparu sans laisser de traces, a indiqué le journal qui donne les détails de cette opération similaire en tous points à celles qui ont été montées par la même entreprise dans divers autres pays à travers le monde, dont le Maroc. «À plusieurs reprises, le voyage des candidats est retardé et imputé aux ‘garanties réclamées par le ministère’ (de l’emploi) et à la ‘routine administartive’» jusqu’à ces derniers jours qui étaient donnés comme dernier délai pour le départ. Des centaines de candidats se sont rassemblés devant les bureaux du représentant (en fuite) d’Al Najat à Homs (centre de la Syrie) puis ils se sont rendus au siège du gouverneur de la ville, Sobhi amide, poursuit le journal qui rapporte également les propos de l’avocat de la compagnie qui reconnaît que l’opération avait échoué, mais il en impute les raisons à la « conjoncture internationale».
Des Émirats Arabes Unis même et de source officielle, on apprend également ce week-end que le ministère émirati de l’Emploi et des affaires sociales a exprimé publiquement «ses regrets» pour l’arnaque dont furent les victimes sept mille jordaniens par l’entremise de la société Al Najat Marine Shipping dont le siège se trouve à Dubaï.
Le Sous-directeur chargé de la planification de la main d’oeuvre au dit ministère, Ahmed Kajour, a déclaré au journal émirati « Al Ittihad » que son département dégage toute responsabilité de sa part vis-à-vis des agissements de cette compagnie, tout en «regrettant qu’un aussi grand nombre de victimes ait été trompé dans cette escroquerie». Le journal a également,t tenté durant deux jours d’entrer en contact avec le bureau de la compagnie à Dubaï, mais le responsable de ce bureau, Georges Matheus, s’est dérobé. Là aussi, les informations évaluent le butin d’Al Najat à 700 000 dollars, à raison de cent dollars pour chaque candidat, sous prétexte de visite médicale.
Le représentant d’Al Najat en Jordanie est actuellement en fuite comme son collègue de Syrie. Ils font l’objet d’un mandat d’arrêt. Il semble de plus en plus évident que l’étau est en train de se resserrer actuellement autour des responsables et agissements d’Al Najat dont les opérations d’escroquerie sont signalées dans de nombreux pays tels le Kénya, la Syrie, la Jordanie, l’Inde, le Pakistan, le Vietnam, etc. Le Maroc fait partie des pays sur lesquels Al Najat a jété son dévolu depuis le mois de mars dernier. Des dizaines de milliers de jeunes dont le nombre avoisine les cent mille se sont portés candidats pour les trente mille emplois promis sur des bateaux de croisière et ont versé chacun 900 Dhs à la clinique Dar Salam de Casablanca pour la visite médicale. De report en report, les premiers départs avaient été fixés au 15 août dernier. Nous sommes fin septembre et aucun candidat n’a quitté le sol national.
Les autorités publiques via l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) ont cautionné l’opération qui se révèle être une grande escroquerie. Le Directeur de cet organisme sous tutelle du Ministère de l’Emploi dont le titulaire, M. Abbès El Fassi, avait lui-même validé publiquement l’opération, n’est plus joignable depuis des semaines. De toutes parts, monte l’inquiétude quant aux conséquences de cette aventure sur les milliers de candidats bernés. Alors, quant est-ce qu’il sera mis un terme à cette mascarade ?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *