Rabat capitale mondiale de l’interdiction de l’incitation à la haine

Rabat capitale mondiale de l’interdiction de l’incitation à la haine

La ville accueille un séminaire international avec la participation de plusieurs membres du gouvernement

L’événement vise à analyser les aspects prioritaires permettant l’identification des meilleures pratiques pour lutter contre le discours de la haine.

Les experts internationaux dans la lutte contre l’incitation à la haine en conclave à Rabat. En effet, le ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH) organisent dès demain un séminaire international sur le suivi du Plan d’action de Rabat relatif à l’interdiction de tout appel à la haine. La manifestation sera présidée par Mustapha Ramid, ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme. Des allocutions de Zaid Raad El Hussein, haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme et de Ahmed Taoufique, ministre des habous et des affaires islamiques, sont également prévues. Des experts de l’ONU, des pays membres, des organisations nationales des droits de l’Homme et des ONG ainsi que des universitaires venus de 16 pays (Danemark, Estonie, Norvège, Royaume-Uni, Mauritanie, Russie, États-Unis, Belgique, Suisse, Afghanistan, Zimbabwe, Iles Maldives, Malaisie, Suède, Tunisie et Bangladesh), prendront part aux sept séances programmées dans le cadre de ce séminaire international.

Selon les responsables du ministère d’Etat, l’événement vise à analyser les aspects prioritaires permettant l’identification des meilleures pratiques pour lutter contre le discours de la haine, à travers la présentation des projets adoptés dans plusieurs pays et la définition des moyens à même d’appuyer les expériences pionnières en matière de lutte contre ce type de discours, ainsi que les nouvelles expériences figurant dans l’initiative de la Déclaration de Beyrouth sur «la foi pour les droits» au niveau local, et ce dans l’optique de compléter le Plan d’action de Rabat. La même source précise que l’organisation de ce séminaire intervient en célébration du 5ème anniversaire de l’adoption du Plan d’action de Rabat, à l’issue de la réunion organisée par le HCDH les 4 et 5 octobre 2012 dans la capitale du Royaume. Une réunion qui a été consacrée à l’analyse des résultats des ateliers que le Haut-Commissariat avait organisés en 2011 à Vienne, Nairobi, Bangkok et Santiago, dans le but d’identifier les moyens d’action sur plusieurs niveaux et de réfléchir aux meilleures formes d’échange des pratiques adéquates en matière de lutte contre les discours haineux.

Les conclusions et les recommandations élaborées à partir des résultats de ces quatre ateliers ont mené à l’élaboration du Plan d’action de Rabat sur l’interdiction de l’incitation à la haine nationale, raciale ou religieuse menant à la discrimination, l’hostilité et la violence. Plus concrètement, le plan comporte les aspects législatifs et juridiques, ainsi que les politiques adoptées afin de protéger contre l’incitation à la haine nationale, raciale et religieuse sans pour autant porter atteinte à la liberté d’opinion et d’expression. Il faut préciser enfin que des exposés sur le Plan d’action de Rabat, la Déclaration de Beyrouth et ses engagements, les rôles des pays et leurs autorités religieuses, les organisations nationales des droits de l’Homme et la société civile opérant dans le domaine des religions seront au programme de ce séminaire qui se poursuivra jusqu’au jeudi prochain.

Réalisations

Le Maroc a déjà entrepris des mesures importantes et fondamentales pour lutter contre toutes les formes de haine et d’extrémisme.

Une lutte qui trouve ses fondements dans les valeurs islamiques ainsi que la nouvelle Constitution du Royaume qui consacre le principe de la coexistence entre tous les groupes sociaux, religieux, ethniques et politiques. Ces avancées ont d’ailleurs été rappelées par le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme.

Lors de sa participation au 4ème séminaire international de la Commission permanente indépendante des droits de l’Homme de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) en octobre dernier, Mustapha Ramid a également rappelé que les médias représentent l’un des moyens d’expression les plus importants dans le monde contemporain, et l’une des bases fondamentales de la démocratie et du renforcement des valeurs de la tolérance, du pluralisme, de la diversité sociale, de la paix et de la stabilité, en réitérant que le droit international exige l’exercice de la liberté d’expression dans le respect de l’autre et de la dignité humaine.

Du rôle des médias

En octobre dernier, une rencontre a été organisée à Rabat et couronnée par l’adoption de la Déclaration de Rabat sur le rôle des médias dans la lutte contre le discours de haine. L’adoption a eu lieu dans le cadre du 4ème séminaire international de la Commission permanente indépendante des Droits de l’Homme de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) sur «Le rôle des médias dans la lutte contre le discours d’incitation à la haine».

La déclaration adoptée comprend un ensemble de recommandations, notamment la nécessité de fournir aux institutions médiatiques et autres acteurs concernés les ressources nécessaires pour sensibiliser la société aux effets du discours de la haine en assurant la formation des professionnels et des organismes médiatiques pour l’indentification et la dénonciation du discours de la haine. La déclaration aspire également à orienter le discours médiatique vers la promotion des différentes cultures, traditions et croyances afin de lutter contre les stéréotypes qui favorisent les attitudes haineuses dans les médias.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *