Rapprochement entre BCM et Wafabank

La consolidation du secteur bancaire marocain est désormais une obligation. La concentration des opérateurs existants est un passage obligé afin de mieux faire face à la libéralisation du secteur. Avoir de grands groupes bancaires marocains est la volonté de l’autorité de tutelle. En témoigne le refus du mariage annoncé de la BMCE Bank avec le groupe Français Caisses d’Epargne. Cette décision n’est pas sans menaces pour le projet de mariage de Wafabank avec le Crédit agricole français, contrôlant le Crédit du Maroc. C’est pourquoi, des informations en provenance du marché font état d’un mariage probable entre la BCM et Wafabank. Si ce scénario se réalise, un géant de la banque verra le jour. Il serait à même de concurrencer la Banque Centrale Populaire le leader actuel du secteur bancaire national. Si les grandes banques européennes, françaises en particulier, devaient redessiner le paysage bancaire national, les acteurs locaux n’ont certainement pas l’intention de se laisser embarquer dans des montages devant aboutir, à terme, à la perte de contrôle de leur institution. En plus, les autorités gouvernementales font aussi entendre leur voix. Un dossier aussi important que l’épargne nationale est bien trop sérieux pour qu’il soit laissé aux seuls banquiers. Le mot d’ordre, ne pas confier le sort de l’épargne nationale à des institutions étrangères quelles qu’elles soient. «Nous n’avons pas construit notre Groupe Wafabank pour le donner à des étrangers. Combien même en aurions-nous la volonté, les autorités monétaires ne le permettraient pas», affirmait Abdelhak Bennani, président de Wafabank lors de la conférence de presse en marge du salon de la Bourse du 26 septembre dernier. Le Président de Wafabank a créé la surprise en détaillant les grandes lignes de sa stratégie future. «Le projet le plus naturel pour Wafabank est la concrétisation de rapprochement avec le Crédit Du Maroc. Il n’est pas dans l’intérêt d’aucune partie de laisser subsister le doute. Le dénouement est à faire dans le très court terme. Vers fin décembre 2003, au plus tard fin mars 2004» précisait Abdelhak Bennani. Toutefois, «l’incident de parcours» pour la BMCE Bank est de nature à perturber la donne. Il semblerait que les acteurs locaux ont à tirer les enseignements adéquats. Khalid Oudrighi, Président de la BCM a précisé lors du dernier salon de la Bourse, de son côté, sa philosophie en la matière. «L’idée selon laquelle la BCM préfère recourir à une croissance interne, chose qu’elle a fait avec succès d’ailleurs, n’est plus de mise. Nous restons prêts à saisir toute opportunité qui se présente», a-t-il précisé tout en prenant le soin de démentir les rumeurs actuelles «Après la BMCI, voilà qu’on nous marie à la BMCE. Actuellement, nous sommes plutôt préoccupés par les chantiers ouverts en interne. Il n’y a pas eu d’entretiens dans ce sens avec aucune partie».Reste à savoir si le mariage avec Wafabank va être consommé. Une importante décision dans ce sens serait bientôt annoncée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *