Réforme de la compensation : Le Registre social unifié sera déterminant

Réforme de la compensation : Le Registre social unifié sera déterminant

Le projet permettra de mieux cibler les catégories sociales dans le besoin

La poursuite de la réforme ne peut se faire que dans le cadre d’une approche globale incluant nombre de mesures d’accompagnement qui prévoient la préservation du pouvoir d’achat des citoyens et l’amélioration du ciblage de catégories pauvres et vulnérables, en pleine harmonie et complémentarité avec les autres programmes gouvernementaux.

Le gouvernement compte sur le Registre social unifié (RSU) pour mener à bien la réforme totale de la Caisse de compensation. Dans ce sens, le chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani a indiqué que le RSU vise à cibler les bénéficiaires des programmes sociaux dans le cadre de l’accompagnement des procédures de réforme globale du régime de compensation.

Le numéro un du gouvernement s’exprimait devant la Chambre des conseillers sur «la politique du gouvernement en matière de gestion de la Caisse de compensation et de son impact sur le pouvoir d’achat des citoyens», question posée lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale. El Othmani a fait savoir que ce registre fera office de base de données complète qui permettra de regrouper les données économiques et sociales des citoyens et des familles afin de donner une vision claire de la précarité des groupes vulnérables et nécessiteux pour mieux les cibler et promouvoir une bonne cohérence entre ces programmes, ce qui permettra une meilleure conception et mise en œuvre de programmes sociaux plus équitables, transparents et efficaces. Il a ajouté que la poursuite de la réforme ne peut se faire que dans le cadre d’une approche globale incluant nombre de mesures d’accompagnement qui prévoient la préservation du pouvoir d’achat des citoyens et l’amélioration du ciblage de catégories pauvres et vulnérables, en pleine harmonie et complémentarité avec les autres programmes gouvernementaux.

Le chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani a profité de son passage au Parlement pour annoncer que le gouvernement est déterminé, dans le cadre de la mise en œuvre de son programme, à poursuivre cette réforme en supprimant progressivement les subventions sur les produits restants (butane, sucre et farine) en vue d’augmenter les fonds destinés au financement des politiques et programmes de développement social et au soutien des groupes vulnérables et nécessiteux. Dans un autre registre, M. El Othmani a été interpellé par les parlementaires de la Chambre des conseillers sur «la gouvernance territoriale et ses impacts sur le développement local». Il a expliqué que «cette gouvernance territoriale est basée sur les principes d’égalité dans l’accès des citoyens aux services publics relevant des différentes collectivités territoriales, la continuité et la qualité du service, ainsi que la consécration des valeurs de la démocratie, la transparence, la reddition des comptes, la responsabilité, la primauté de la loi, la participation, l’efficacité et la probité». La vision du gouvernement concernant l’amélioration de la gouvernance territoriale repose sur sa conviction de la nécessité de réaliser l’homogénéité entre les politiques sectorielles et de garantir la convergence avec les plans et les programmes de développement au niveau territorial, dont l’élaboration et la mise en œuvre nécessitent l’adoption d’une approche participative entre les différents acteurs et intervenants, a-t-il expliqué. Il a ajouté que «l’adoption d’une charte de déconcentration administrative et sa mise en œuvre constituent un levier fondamental pour appuyer la gouvernance territoriale, en garantissant l’efficacité de la gestion de la chose publique, réalisant la convergence dans les politiques publiques et programmant différents projets sectoriels et ce, en totale harmonie avec les programmes de développement des collectivités territoriales».

Le projet de la charte de déconcentration administrative, qui sera adopté prochainement, vise à organiser l’intervention de l’Etat aux niveaux régional et territorial, en attribuant aux services régionaux déconcentrés plusieurs prérogatives, dont la contribution à l’élaboration du «plan d’action» de l’Etat au niveau régional, l’animation des activités des services déconcentrés au niveau des provinces et des préfectures, l’accompagnement des collectivités territoriales dans l’élaboration du programme de développement régional et le schéma régional d’aménagement du territoire, ainsi que la consolidation des relations de partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales, a-t-il conclu.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *