Rencontre du wali d’Oujda avec les candidats aux élections : Pour une réconciliation du citoyen avec les institutions élues

Rencontre du wali d’Oujda avec les candidats aux élections : Pour une réconciliation du citoyen avec les institutions élues

Dans le but de faire respecter les différentes mesures prises par les autorités locales pour que les élections législatives du 25 novembre passent dans les meilleures conditions, le wali de la région de l’Oriental et gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Abdelfettah El Houmam, en présence de Rachid Tachfine, procureur général du Roi près la Cour d’appel d’Oujda ainsi que des responsables des différents services sécuritaires, a présidé, vendredi dernier, au siège de la wilaya une réunion avec l’ensemble des candidats ayant déposé leurs candidatures auprès des services concernés.
Il a, à cet effet, rappelé les grandes lignes contenues dans le discours royal du 20 août précisant que les autorités organisatrices de ces législatives et les partis politiques  engagés dans ce processus doivent être à la hauteur de la nouvelle ère constitutionnelle qui exige fermeté, respect de la loi, probité civique et citoyenneté engagée.  La finalité étant d’assurer la réconciliation du citoyen avec les institutions élues et d’avoir des institutions législatives et exécutives en mesure d’assurer une transition démocratique exemplaire et de contribuer au développement socio-économique convoité. 
M. El Houmam a appelé l’ensemble des candidats à faire réussir les premières élections de la nouvelle Constitution et à s’impliquer dans l’application des orientations royales à ce sujet : «Les autorités administratives, judiciaires et sécuritaires doivent être vigilantes tout en veillant à assurer la neutralité positive, à être fermes dans l’application de la loi et d’entamer des procédures judiciaires contre toute personne enfreignant les lois en vigueur. Elles doivent aussi lutter contre l’usage de l’argent et l’achat des voix visant à pervertir les élections», a-t-il martelé. Dans le même sens, le wali a souligné que les candidats ayant déposé leurs candidatures représentent une élite censée faire réussir la philosophie et les espoirs contenus dans la nouvelle Constitution. «Ces élections se dérouleront sous l’œil vigilant d’observateurs nationaux et internationaux. Un gage de confiance pour notre pays grâce à notre loi qui définit les conditions et les modalités de l’observation indépendante et neutre des élections en conformité avec les normes internationalement reconnues», a-t-il conclu. De son côté, Rachid Tachfine, procureur général du Roi près la Cour d’appel d’Oujda, a expliqué qu’il participe à cette réunion pour être à l’écoute, pour recueillir toutes les remarques, protestations ou plaintes afin d’enclencher la procédure en vigueur. Le Maroc, a-t-il dit, est entré dans une nouvelle ère et tout un chacun doit veiller à l’application de la loi, seule garante d’élections transparentes. La loi aussi est là pour neutraliser toute personne recourant à des pratiques interdites : «Toute personne qui porte atteinte aux dispositions et règles de sincérité et de transparence des élections est punie par la loi». Et d’ajouter : «J’ai donné mes ordres pour que les procédures à entamer par les services compétents en la matière commencent dès cette réunion». Il a, par la suite, présenté un aperçu succinct sur l’article 11 de la Constitution et a souligné que des élections libres, sincères et transparentes constituent le fondement de la légitimité de la représentation démocratique. Les pouvoirs publics sont tenus d’observer la stricte neutralité vis-à-vis des candidats et la non-discrimination entre eux. «Ils doivent aussi sévir contre l’abus de pouvoir et l’instrumentalisation tendancieuse de l’argent, de la religion et des sacralités dans les batailles électorales à venir», en citant un passage du discours royal du 20 août.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *