Réunion régionale des directeurs politiques de la coalition mondiale à Skhirat : Le Maroc terre de lutte contre Daech

Réunion régionale des directeurs politiques de la coalition mondiale à Skhirat : Le Maroc terre de lutte contre Daech

Cette rencontre a principalement une dimension continentale. L’accent a été mis sur la présence de l’«EI» en Afrique ainsi que les priorités pour les multiples axes d’action de la coalition (combattants terroristes étrangers, financement antiterroriste et discours anti-radicalisation).

Skhirat capitale mondiale de lutte contre «Daech». En effet, la petite ville côtière accueille la réunion régionale des directeurs politiques de la coalition mondiale contre Daech portant sur la menace de ce groupe terroriste en Afrique. L’événement connaît la participation d’un groupe restreint de pays membres de la  oalition contre Daech, notamment une délégation interinstitutionnelle américaine, conduite par l’envoyé spécial du président Trump pour la coalition mondiale contre Daech, Brett McGurk. Dans ce sens, le département d’Etat US avait indiqué alors que «la coalition continue de travailler avec des partenaires locaux pour libérer les bastions restants de «l’Etat islamique» (EI) en Syrie, cette réunion sera l’occasion pour les partenaires de la coalition de discuter des prochaines étapes pour assurer une défaite durable de Daech en Irak et en Syrie, ainsi que les moyens d’accélérer notre approche collective de lutte contre les ambitions mondiales du groupe jihadiste».

L’événement a également connu la participation du ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita. Très attendue, cette rencontre a principalement une dimension continentale. L’accent a été mis sur la présence de l’«EI» en Afrique ainsi que les priorités pour les multiples axes d’action de la coalition (combattants terroristes étrangers, financement antiterroriste et discours anti-radicalisation). Ainsi, les participants ont eu l’occasion de débattre des prochaines étapes pour assurer une défaite durable de Daech en Irak et en Syrie, ainsi que les moyens d’accélérer l’approche collective de lutte contre les ambitions mondiales du groupe dit Etat Islamique (EI). Dans une intervention lors de l’ouverture des travaux, Nasser Bourita a fait savoir que «la lutte contre la propagande de Daech en Afrique ne pourra être efficace que si les messages et les vecteurs développés par la coalition tiennent compte des subtilités du terrain».

Le chef de la diplomatie a noté que «le redéploiement des combattants de Daech vers l’Afrique nécessite également une forme de coopération avec les Etats africains qui puisse permettre d’améliorer leur connaissance des dynamiques de leurs redéploiements, d’anticiper la formation de fiefs durables et de renforcer les capacités de détection des partenaires africains» faisant savoir que «l’efficacité de la lutte contre le terrorisme en Afrique requiert une prise en compte adéquate des causes profondes de ce fléau (…) sans laquelle notre action demeurera vaine». Bourita a indiqué que les vulnérabilités liées à l’impact des changements climatiques sur les populations africaines, l’appauvrissement de communautés entières du fait de l’absence d’une croissance économique inclusive, aggravée par une démographie galopante, constituent un terrain fertile favorisant l’infiltration puis l’enracinement des groupes terroristes et de leurs idéologies extrémistes. De même, «l’absence d’une coopération qui soit à la hauteur de l’évolution croissante de ces défis, combinée à l’incohérence de certaines approches adoptées, exposent les Etats africains à des pressions multiformes», a relevé le ministre.

Lutte antiterroriste : Le rôle décisif du Maroc

Le Maroc a joué un rôle «décisif» au premier plan des efforts mondiaux de lutte contre le terrorisme, a affirmé, mardi à Skhirat, l’envoyé spécial du président Trump pour la coalition contre Daech, Brett McGurk. Ce dernier qui s’exprimait à l’ouverture de la réunion régionale des directeurs politiques de la coalition mondiale contre Daech portant sur la menace de ce groupe terroriste en Afrique, a rappelé notamment que le Royaume avait établi un hôpital médico-chirurgical de campagne en Jordanie qui fournit des soins à des milliers de réfugiés syriens et que le Maroc co-préside le Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF).

L’envoyé spécial américain a saisi cette occasion pour remercier le Maroc pour les efforts qu’il déploie, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, aux côtés de l’Arabie Saoudite et de nombreux pays participant à cette réunion dans la lutte contre l’idéologie haineuse de Daech et d’autres organisations terroristes. «Nous sommes déterminés non pas à obtenir des victoires rapides contre Daech, mais plutôt à lui faire subir une défaite permanente», a souligné M. McGurk.

Présence en Afrique

En 2017, environ 343 attentats terroristes ont été recensés en Afrique ayant entraîné au moins 2.600 victimes, soit 22 fois plus qu’en Europe. En termes d’effectifs, le plus important groupe affilié à Al-Qaida se trouve actuellement en Afrique, avec plus de 6.000 combattants.

Les éléments affiliés à ce groupe en Afrique de l’Ouest seulement sont estimés à 3.500 combattants. En Afrique du Nord, le nombre d’individus affiliés à Daech est significatif et susceptible d’être renforcé par les retours de combattants aguerris de la zone irako-syrienne.

Cette réunion, marquée par la participation de l’envoyé spécial du président Trump pour la coalition contre Daech, Brett McGurk, et d’un groupe restreint de pays membres de la coalition contre Daech, est l’occasion pour les partenaires de la coalition de discuter des prochaines étapes pour assurer une défaite durable de Daech en Irak et en Syrie, ainsi que les moyens d’accélérer l’approche collective de lutte contre les ambitions mondiales du groupe dit Etat Islamique (EI).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *