Riyad : Echange de tirs entre des suspects et la police

C’est dans le quartier résidentiel d’Al-Nassim, dans l’est de la ville de Bouraïda située dans la région d’Al-Qassim, à quelques centaines de kilomètres au nord de la capitale saoudienne que les affrontements ont éclaté aux environs de 10 h GMT. La ville a été bouclée par les forces de sécurité, alors que dans le quartier qui était survolé par des hélicoptères, des tirs nourris ont été entendus dans la mi-journée.
En fin d’après-midi, les détonations continuaient par intermittence sans qu’il soit possible de savoir si les affrontements ont fait des victimes. Déjà le 20 mai, une autre fusillade a eu lieu à Bouraïda faisant six morts, quatre extrémistes présumés et deux membres des forces de sécurité saoudienne. La région est considérée comme étant un repli pour les extrémistes.
A l’issue de cette fusillade, les autorités saoudiennes ont affirmé avoir saisi, dans un repaire des quatre extrémistes présumés tués et d’un cinquième complice, blessé et arrêté, du matériel pour la fabrication de bombes. En ce qui concerne les échanges de tirs du lundi, un responsable de la Sécurité saoudienne a précisé à l’AFP que «les forces de sécurité, agissant sur la foi d’informations reçues, mènent une opération de perquisitions pour retrouver des suspects recherchés dans le secteur de Khab Al-Qabr, dans le quartier d’Al-Nassim » de Bouraïda. « L’opération se poursuit et les forces de sécurité maintiennent le bouclage du site », a ajouté ce responsable sous couvert de l’anonymat, sans vouloir confirmer ou démentir les échanges de tirs.
Les autorités saoudiennes ont promis d’écraser les extrémistes islamistes, présumés liés au réseau terroriste Al-Qaïda d’Oussama Ben Laden, déchu de sa nationalité saoudienne. Ces groupes sont rendus responsables de la série d’attentats terroristes qui ont touché le royaume depuis mai 2003, faisant plus de 60 morts. Depuis un an, des affrontements ont régulièrement lieu entre activistes présumés et forces de sécurité qui ont arrêté des centaines d’extrémistes et tué autant d’autres. Il n’en demeure pas moins que dix-huit personnes recherchées sur une liste de 26 publiée en décembre 2003 sont toujours en fuite. La vie quotidienne des forces de sécurité en Arabie Saoudite est ainsi rythmée par des affrontements inopinés.
Au début du mois de mai, des terroristes ont tué six Occidentaux travaillant pour le groupe européen ABB dans un complexe pétrolier à Yanbu, dans l’ouest du pays. Un membre des services de Sécurité saoudiens a aussi perdu la vie dans des fusillades, avant que les assaillants ne soient tués. Les observateurs s’accordent sur le fait que ces attaques, au sein même du premier pays producteur de pétrole au monde, sont d’autant inquiétantes qu’elles contribuent à la montée des cours du baril de brut, qui se maintiennent à un niveau élevé. D’ailleurs, les cours du pétrole, qui ont connu une baisse dans la matinée, repartaient à la hausse lundi en début d’après-midi, le marché doutant qu’une hausse des quotas de production de l’OPEP, prônée par Riyad, soit suffisante pour accroître l’approvisionnement mondial et apaiser les prix.
A signaler que ces attaques sont parfois revendiquées, sur des sites Internet, par des groupuscules prétendant dépendre d’Al-Qaïda, sans pour autant que l’authenticité de ces revendications ne soit établie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *