Sahara: Fini les privilèges !

Sahara: Fini les privilèges !

Le dernier discours royal du 6 novembre a marqué une nouvelle inflexion dans la démarche du Maroc aussi bien au niveau du contenu que de la forme.

D’abord, on aura remarqué que dans son allocution, SM le Roi Mohammed VI a tenu à remettre les pendules à l’heure en ce qui concerne la question des ressources des provinces du Sud que les ennemis de notre intégrité territoriale utilisent souvent et de plus en plus pour faire diversion.

La machine propagandiste du Polisario, soutenue par l’Algérie, ce qui est de notoriété publique soit dit en passant, a multiplié ces derniers mois les attaques sur cette question en choisissant comme cible tantôt l’accord de pêche, tantôt les contrats d’exploration pétrolière, ou les phosphates. Le Souverain a ainsi fait des rappels pertinents et livré des vérités que certains feignent d’ignorer.

La première est que, contrairement à ce que le camp adverse tente de véhiculer, le Maroc a investi et continue d’investir dans les provinces du Sud 7 fois le volume des recettes que ces mêmes régions génèrent. Ce n’est pas un hasard si, comme le fait remarquer SM le Roi, les indicateurs de développement humain dans ces provinces dépassent de loin ceux des autres régions alors qu’en 1975 elles figuraient parmi les plus déshéritées comparativement à la moyenne nationale et encore plus par rapport aux indicateurs de l’ancien pays colonisateur, l’Espagne, qui y était installé depuis 1884.

En 40 années de travail, le Maroc a réalisé pour le Sahara ce que les Espagnols n’ont pas fait en plus d’un siècle de présence.  Voilà donc pour mettre fin une bonne fois pour toutes à «cette prétendue exploitation par le Maroc des richesses de la région», a conclu le Souverain en rappelant au passage que ce qui est produit par le Sahara ne suffit même pas à satisfaire les besoins de base de ses populations. C’est dire que le coût de ce formidable développement qu’ont connu les provinces du Sud depuis 1975 a été en fait supporté par le Maroc et tous les Marocains.

Il n’empêche que, comme l’a rappelé SM le Roi dans son discours, le mode de gestion et la gouvernance ont connu des dysfonctionnements qui ont permis à certains de profiter indûment de privilèges et de rentes.

C’est à ces dysfonctionnements, entre autres, que devra s’attaquer le projet de régionalisation avancée de manière à ce que les habitants et les opérateurs de la région puissent se prévaloir des richesses mais, prévient le Souverain, «dans le respect de l’égalité des chances et de la justice sociale».

Un appel que ne manqueront pas de capter les opérateurs du secteur privé national pour investir massivement dans la région qui, résolument, ne doit pas rester le monopole ni la chasse gardée de quiconque. C’est ce schéma de concentration sous le prétexte d’un faux souci de devoir donner des privilèges à certains qui a d’ailleurs mené à des situations malsaines, voire néfastes. Et c’est à ce titre que SM le Roi fait allusion à ces opportunistes qui «ont fait de la cause nationale un fonds de commerce» et qui «mettent un pied dans la patrie tant qu’ils profitent de ses richesses et l’autre pied chez ses ennemis s’ils n’en ont pas tiré parti».

Un mode de gouvernance qui a porté suffisamment de préjudice à la cause nationale et qu’il faudra, selon le Souverain, corriger à travers la mise en œuvre de la régionalisation avancée et d’un modèle de développement sur l’équité que devront porter, entre autres acteurs, les opérateurs du secteur privé à travers des investissements et des projets structurants, citoyens, productifs, créateurs d’emplois de valeur ajoutée et de progrès pour la région. Le message est on ne peut plus clair !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *