Sahara : Mobilisation à Bordeaux

Aux cris de "Le Sahara est marocain et le restera", plusieurs centaines de Marocains du Collectif des associations et amicales marocaines du grand Sud-ouest de la France ont manifesté samedi, en plein centre de Bordeaux, pour demander la libération des détenus marocains et des familles séquestrés dans les camps de la honte à Tindouf en Algérie, et dénoncer l’ingérence inacceptable de l’Algérie dans les affaires intérieures du Maroc. Le Collectif, auquel se sont joints des prêtres français est des Bordelais épris de liberté et de justice, a clamé haut et fort dans une communion totale la marocanité du Sahara en entonnant l’hymne marocain et en hissant le drapeau national.
Plusieurs banderoles ont été déroulées pour dénoncer l’ingérence d’Alger dans les affaires intérieures du Royaume, dire "Non à la division, Oui à l’unité du Maghreb", demander l’arrêt de la répression contre les détenus et les familles séquestrés à Tindouf et exiger l’envoi d’une Commission d’enquête internationale dans ces camps de la honte afin de faire la lumière sur les violations des droits de l’Homme par les autorités algériennes.
Pour El Hassan Taibi, président de l’Association des étudiants et lauréats marocains des grandes écoles de Bordeaux, le refus d’Alger et de ses affidés du "polisario" de libérer les détenus marocains et les familles empêchés de regagner la mère patrie malgré les appels répétés de l’ensemble de l’opinion publique internationale, des Nations unies à travers de multiples résolutions, de la Croix-Rouge internationale et des organisations internationales des droits de l’homme, est une violation inacceptable des droits humains. "Je connais beaucoup d’Algériens qui ne se sentent nullement concernés par la question du Sahara. Pour eux, c’est le gouvernement algérien qui exploite cette affaire pour ses propres desseins", a-t-il déclaré à la MAP. "Nous souhaitons des relations sereines avec nos frères algériens basées sur le respect mutuel, la confiance et la solidarité. La construction du Grand Maghreb doit être notre priorité à nous tous et le plus rapidement possible, et non cette politique de division des autorités d’Alger", a souligné El Hassan Taibi.
«A travers cette manifestation hautement symbolique, nous exigeons la libération sans conditions de tous les détenus marocains et demandons à l’Algérie d’arrêter ses "parasitages" qui ne servent pas la région et qui mettent en péril la paix et la stabilité du Maghreb», a déclaré pour sa part Mohamed Ben Bihi, président de l’association «Espoir sans frontières». Pour Abdelghani Lahrifi, président de l’«Association transgénérationnelle» qui regroupe des jeunes de la première et deuxième générations, "l’Algérie ne peut pas continuer de suivre cette politique suicidaire qui porte atteinte à l’unité du Maghreb et aux espoirs de toute une région qui a besoin de prospérer et de se développer". "Nous regrettons et nous ne comprenons pas cette hostilité affichée par l’Algérie quant aux revendications légitimes du Maroc pour le parachèvement de son intégrité territoriale, sachant que nous, peuple marocain, n’avions ménagé aucun effort pour soutenir la lutte de l’Algérie pour sa libération et le recouvrement de son indépendance", a-t-il ajouté. (…)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *