Sahara : Réunion aujourd’hui entre le Conseil de sécurité et Ban Ki-moon

Sahara : Réunion aujourd’hui entre le Conseil de sécurité et Ban Ki-moon

Les Etats-Unis réitèrent leur soutien au plan d’autonomie proposé par le Maroc

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, se réunit ce lundi avec les ambassadeurs des membres du Conseil de sécurité. L’objectif de cette réunion informelle autour d’un déjeuner est de sortir avec une décision claire au sujet de l’affaire du Sahara marocain. Cette rencontre vient après une première réunion la semaine dernière qui a duré pratiquement trois heures et qui paraît déjà comme une première victoire pour le Royaume. A la sortie de cette réunion, le Conseil de sécurité n’a affiché aucun soutien au secrétaire général des Nations Unies.

L’actuel président du Conseil de sécurité, Ismael Gaspar Martins, a fait savoir que le Conseil souhaite que le dossier évolue positivement. Selon des informations qui ont filtré de cette première rencontre, plusieurs membres du Conseil de sécurité ont affiché un soutien au Maroc, notamment la France, l’Espagne, l’Egypte, le Japon ou le Sénégal.

Quelques heures après, c’est une autre puissance mondiale qui allait afficher son soutien pour le Royaume.
La mission américaine auprès des Nations Unies a précisé que le pays de l’Oncle Sam garde sa position inchangée au sujet du plan d’autonomie présenté par le Maroc en 2007. Le porte-parole de la mission américaine Kurtis Cooper a fait savoir sur Twitter que le plan marocain est «sérieux, réaliste et crédible». Les Américains ont également précisé qu’ils continuent à soutenir le processus dirigé sous l’égide des Nations Unies pour trouver «une solution pacifique, durable et mutuellement acceptable à ce dossier».

Des propos réitérés également par l’ambassadeur des USA au Maroc, Dwight L. Bush. «Notre position demeure la suivante : le plan d’autonomie est sérieux, crédible et réaliste», a déclaré Bush. En attendant la réunion de ce lundi entre Ki-moon et les membres du Conseil de sécurité, les décisions annoncées par le Maroc contre la Minurso ont été mises en oeuvre. Pour rappel, le Royaume avait décidé de réduire la composante civile de la mission onusienne au Maroc. Dans ce sens, une grande partie des personnes concernées par la réduction significative de la composante civile, et particulièrement la composante politique, de la Minurso, a embarqué dimanche à bord d’un aéronef de l’ONU à destination de Las Palmas, selon une source aéroportuaire à Laâyoune. Une partie des membres de la composante civile de la Minurso avait déjà quitté le Royaume, samedi 19 mars, à bord de vols commerciaux.

Le départ de l’ensemble des personnes concernées par la décision prise par les autorités marocaines en réaction aux dérapages graves et propos inadmissibles du secrétaire général de l’ONU, devait être complété dimanche en début d’après-midi. Selon le ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération, Nasser Bourita, le Maroc avait communiqué au secrétariat général de l’ONU une liste de 84 personnes concernées par la réduction significative de la composante civile de la Minurso.

S’exprimant lors d’une conférence de presse vendredi dernier, Bourita a précisé que cette décision ne touche pas au mandat de cette mission qui n’a pas de rôle politique, mais plutôt un rôle militaire qui consiste éminemment à préserver l’accord de cessez-le-feu.

«Le citoyen marocain ne peut pas débourser de sa poche à une partie qui le considère comme un occupant», a précisé le ministre après la décision du Maroc d’annuler la contribution financière volontaire accordée par le Maroc au fonctionnement de la mission onusienne au Maroc. Bourita a fait savoir que la réaction du Maroc aux propos du SG de l’ONU Ban Ki-moon, lors de sa dernière visite dans la région, a été «proportionnelle à la gravité de ses dérapages».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *