Selon les observateurs du Collectif associatif :Mêmes erreurs en 2011 qu’en 2007

Selon les observateurs du Collectif associatif :Mêmes erreurs en 2011 qu’en 2007

«Pour le moment, nous ne sommes pas en mesure de dire dans quelle proportion les dysfonctionnements constatés au cours des législatives anticipées en ont impacté les résultats», a déclaré le président du Collectif associatif pour les observations des élections lors d’une conférence de presse dans laquelle il a présenté le rapport préliminaire des observateurs de cet organisme. Kamal Lahbib, qui répondait à une question d’ALM relative à l’effet probable de la longue liste des griefs énoncés par le rapport préliminaire sur la sincérité du vote du 25 novembre et sa conformité à la volonté populaire, a précisé que l’évaluation de cet impact n’a de chances d’être pertinente qu’après l’analyse approfondie des grilles qui ont été envoyées par tous les observateurs du Collectif. Il a néanmoins laissé entendre que ces résultats auraient été plus fidèles si les 6 millions en âge de voter et qui n’ont pas été inscrits sur les listes électorales l’avaient été. Ce déni d’inscription aux listes électorales au sujet duquel le Collectif semble avoir souscrit aux griefs de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, qui la première avait soulevé le problème, est l’un des points saillants du rapport préliminaire du Collectif. L’autre manquement à la normalité internationale mentionné par ce document, ce que l’un des présentateurs du rapport a qualifié de «gouvernance électorale», a trait à la faible représentativité des femmes. Répondant à une autre question d’ALM à ce sujet, Kamal Lahbib a admis que les observateurs ont constaté que ce phénomène s’est aggravé et que les législatives anticipées ont enregistré un recul de la participation féminine à tous les niveaux du processus électoral. Il a néanmoins estimé que cela avait peu à voir avec l’attitude de l’administration et que, autant la société que les partis politiques, qui en général ne font pas grand profit de la ségrégation positive, y ont leur part de responsabilité. Pour le président du Collectif associatif pour l’observation des élections, les autres insuffisances du processus qui a conduit au vote du 25 novembre sont la participation des électeurs à besoins spécifiques et les Marocains résidant à l’étranger, auprès desquels il s’est excusé de ne pas avoir eu droit de cité dans le rapport préliminaire. Un rapport qui a relevé que les «infractions étaient globalement de la même nature que celles qui avaient entaché les élections législatives de 2007». Il a ajouté que la principale nouveauté réside dans la rapidité avec laquelle le cadre législatif a été édicté «dans l’absence de débat public», ce qui, selon lui, a entraîné sa mauvaise compréhension par ceux qui avaient la charge du management des élections. Kamal Lahbib, qui a annoncé la livraison prochaine de plus amples informations tirées du rapport du Collectif, a précisé que ce document a été établi par 4.000 observateurs et a englobé 90 circonscriptions sur l’ensemble du territoire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *