Selon Mezouar, Bouaachrine parrainerait les frères musulmans au Maroc

Selon Mezouar, Bouaachrine parrainerait les frères musulmans au Maroc

Les querelles de politiques ont inévitablement des dommages collatéraux. La bataille qui se déroule depuis quelques jours entre deux partis de la coalition, à savoir le PJD et le RNI, n’a pas échappé à la règle.

Et cette fois-ci, c’est un support de presse, en l’occurrence le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, qui se retrouve dans la mêlée des politiciens. En conclave avec la jeunesse du parti, le week-end dernier, le patron du parti de la colombe, Salaheddine Mezouar, a littéralement pilonné le journal et surtout son directeur, Taoufik Bouaachrine, en le qualifiant de «parrain» des Frères musulmans au Maroc» et en affirmant devant un parterre de militants et de jeunes du parti que le journal agit à la solde du PJD qui l’instrumentalise pour régler ses comptes avec le RNI.

Un journal qui, toujours selon Mezouar, n’appartiendrait plus à Bouaachrine puisque racheté par de nouveaux repreneurs. Un bombardement qui vient dans le prolongement de premières escarmouches observées il y a quelques jours. En effet, à la suite d’une réunion du conseil national du RNI, le patron de ce dernier avait essuyé une première salve médiatique dont les auteurs, dit-il, «ont tenté de présenter notre parti comme étant au bord de l’implosion ou encore comme une annexe d’autres formations».

Des informations relayées, en effet, il y a quelques jours, faisaient état d’une grogne au sein du RNI à tel point que «certains militants auraient signifié qu’ils ne cautionnaient pas les propos tenus par le président». Et c’est probablement pour démontrer le contraire que lors de la rencontre avec les jeunes du week-end dernier, une des figures connues du RNI, en l’occurrence Mohamed Abbou, a pris la parole pour affirmer en son nom et au nom des élus du parti qu’il s’agissait purement et simplement d’intox.

Et la bataille n’est pas près d’être finie. Dans son édition du lundi 7 mars, et comme l’on pouvait s’y attendre, le quotidien Akhbar Al Yaoum a répliqué par une nouvelle salve. Feuilleton à suivre…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *