Session ordinaire de la commune de Tanger : Levée du huis clos

Session ordinaire de  la commune de Tanger : Levée du huis clos

Cette décision vient après consultation avec les autorités locales

L’équipe communale de Tanger vient de faire part de son intention de rendre publique la prochaine séance de sa session ordinaire, dont les travaux sont prévus, vendredi 18 octobre, avec plus d’une vingtaine de points inscrits à l’ordre du jour. Selon un communiqué émis dernièrement, cette décision reflète l’intérêt du conseil de ramener le calme à ses assemblées et permettre également aux habitants de la ville et aux représentants de la société civile locale de suivre les activités de la commune. Elle vient, a poursuivi la même source, après consultation avec les autorités locales. «La commune va faire en sorte que les travaux de la deuxième séance de la session ordinaire au titre du mois d’octobre 2019 soient ouverts au public, et ce en coordination complète avec les autorités locales, qui veillent à la bonne tenue des assemblées du conseil», a-t-on précisé.

Cette décision de rendre cette deuxième réunion publique vient, à plus d’une semaine, après l’approbation par la majorité des conseillers communaux de sa tenue à huis clos. Après avoir été interrompu plusieurs fois lors de son discours d’ouverture de la première séance de la session ordinaire du mois d’octobre, le maire de Tanger, Mohamed Bachir Abdellaoui, n’avait pas eu la tâche facile de continuer à gérer les travaux de cette assemblée. Des dizaines de personnes avaient réussi à faire irruption dans la grande salle, où se tenait cette réunion, appelant le maire pjdiste et ses adjoints à réagir face aux problèmes dont souffre la ville. Ils avaient entraîné ainsi la perturbation du lancement des travaux de cette première séance. Ce qui avait amené M. Abdellaoui à suspendre cette assemblée afin de pouvoir faire évacuer la salle. Le président a ordonné, après soumission au vote du  conseil, de la tenue de la deuxième séance à huis clos.

Il est à rappeler qu’en plus de l’opposition, représentée par le RNI et le PAM, ayant à maintes reprises exprimé son insatisfaction quant à la gestion de la majorité, l’équipe communale est consciente de l’impact négatif du mouvement de protestations déclenché lors de la plupart de ses assemblées par des dizaines de personnes, dont l’objectif est d’attirer l’attention des conseillers communaux sur leurs dossiers revendicatifs. Parmi lesquels  figure celui des marchés communaux ou de proximité qui avait entraîné, au cours de l’année précédente, dans la plupart du temps la perturbation des travaux des sessions ordinaires du conseil communal par des protestataires non bénéficiaires de l’opération de distribution des locaux de ces structures. Ce qui avait souvent amené le président à ordonner la levée des séances ou de décider, après leur soumission au vote des conseillers communaux, du report ou de la tenue de ces réunions à huis clos.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *