« sexe, argent et désir de vengeance », sont les mobiles de l’assassinat de Merdas

« sexe, argent et désir de vengeance », sont les mobiles de l’assassinat de Merdas

L’assassinat du député Abdellatif Merdas ne revêt pas de caractère politique et n’a aucun lien avec le crime organisé transnational ou le terrorisme, a indiqué, lundi, le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca, Hassan Matar, affirmant que les mobiles principaux du crime sont « le sexe, l’argent et le désir de vengeance ».

Le parquet a décidé d’ordonner l’ouverture d’une enquête à l’encontre des trois inculpés pour, notamment, constitution d’une bande criminelle, homicide volontaire avec préméditation, complicité dans l’assassinat et possession d’arme à feu sans autorisation, a souligné M. Matar dans un communiqué lu au siège de la Cour d’appel de Casablanca.

Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire, avait arrêté, vendredi, des présumés impliqués dans l’assassinat du parlementaire, le 7 mars courant devant son domicile à Casablanca, a-t-il relevé, notant que les efforts des services de sécurité déployés ont permis l’identification et l’arrestation des présumés impliqués dans cet acte criminel, ainsi que la saisie de la voiture utilisée pour commettre ce crime.

Et le procureur général du Roi d’ajouter que pour éclairer l’opinion publique, la reconstitution de l’assassinat du parlementaire Abdellatif Merdas a eu lieu dimanche devant son domicile à Casablanca en présence des éléments du BCIJ, de la police scientifique, de la brigade nationale de la police judiciaire et de la police judiciaire de la préfecture de police de Casablanca. L’opération a été supervisée par le procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca.

Les perquisitions effectuées dans les domiciles des mis en cause ont permis la saisie d’un fusil de chasse et de cartouches similaires à celles utilisées pour commettre l’homicide.

Le BCIJ est parvenu, en étroite coordination avec la brigade nationale de la police judiciaire et les services de la police judiciaire de la préfecture de police de Casablanca, à élucider ce crime commis à l’aide d’une arme à feu.

Les investigations menées dans le cadre de cette affaire ont abouti, grâce à la collecte de données techniques et à leur analyse, à la découverte de preuves matérielles irréfutables sur la base des indices prélevés sur la scène du crime.

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *