Sharon à la recherche d’un gouvernement

Ariel Sharon a rencontré hier le chef du parti travailliste, Amram Mitzna,, pour le persuader de participer au nouveau gouvernement de coalition qu’il espère former. Mitzna avait exclu, durant la campagne électorale toute participation de son parti à une nouvelle coalition que dirigerait Ariel Sharon. Sharon devait rencontrer d’autres chefs de parti pour des discussions portant sur les combinaisons gouvernementales et sur la future coalition introuvable.
Le chef du Likoud semble convaincu qu’il lui sera très difficile de gouverner avec une extrême droite qui mettra des conditions inacceptables à sa participation et dont la majorité des Israéliens ne veut pas. C’est le côté désespérant des dernières législatives israéliennes qui n’auraient finalement servi à rien, puisque Sharon se retrouve à la case de départ, à cause de résultats qui le rendent prisonnier de tous les extrémistes que compte Israël. Il est peut-être même moins avancé qu’avec des Travaillistes moins enclins à coopérer qu’un Simon Peres, par exemple.
Sur le terrain de la répression, une mutinerie de prisonniers palestiniens s’est produite dans ure prison militaire israélienne, causant une vingtaine de blessés. Les geôliers israéliens sont intervenus brutalement pour réprimer ce mouvement de protestation contre des conditions de détention inhumaines. La révolte a en effet été déclenchée par la décision de couper l’eau et l’électricité aux détenus.
Cette prison-caserne est située dans le désert du Néguev et compte quelque 600 prisonniers de guerre palestiniens arrêtés en Cisjordanie. Les détenus demandaient qu’environ 80 prisonniers malades aient accès aux soins médicaux et puissent être hospitalisés. La plupart de ces prisonniers sont détenus depuis longtemps sans jugement.
Dans cette même logique répressive, l’armée israélienne a détruit dimanche neuf maisons d’habitation appartenant à des palestiniens à Hébron en Cisjordanie. Des familles palestiniennes ont déménagé en hâte des réfrigérateurs et des canapés de leur maison avant que les bulldozers israéliens ne rasent leur maison. Au total, 22 maisons devaient être détruites dimanche. Israel a procédé à la démolition de dizaines d’habitations palestiniennes au cours des derniers mois dans le but d’étendre les colonies juives et bloquer tout effort de paix. À Hébron, l’armée israélienne maintient le couvre-feu imposé à plus de 20.000 palestiniens qui vivent à proximité du quartier où sont installés 600 colons juifs dans un réduit protégé jour et nuit par des centaines de soldats surarmés.
L’armée israélienne n’a pas non plus retiré les blocs de béton qui bloquent la circulation des voitures dans la plupart des principales artères d’Hébron. Les représentants du ministère palestinien de l’éducation ont pour leur part appelé par l’intermédiaire de stations de radio locales les élèves à se présenter dans les écoles et lycées. L’armée israélienne avait lancé la semaine dernière une vaste opération de répression à Hébron, assassinant des civils, détruisant des maisons et procédant à des rafles sur une grande échelle ainsi qu’à la fermeture des écoles, des lycées et des universités palestiniennes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *