Sharon menace d’expulser Arafat

L’Autorité palestinienne a condamné ces déclarations, estimant que Sharon prépare le terrain à porter physiquement atteinte à son président.
« Arafat sera expulsé des territoires » a affirmé Sharon au journal qui publie l’extrait d’un entretien à paraître à l’occasion du Nouvel An juif. «Nous avons agi contre Ahmad Yassine et Abdelaziz Rantissi au moment qui nous a paru propice. Au sujet de l’expulsion d’Arafat, nous procéderons selon le même principe : nous le ferons au moment qui nous sera propice», a-t-il ajouté. A la question de savoir s’il ne voyait pas de différence entre cheikh Yassine et Rantissi (le fondateur du Hamas et son successeur dans les territoires, liquidés par Israël en mars et avril derniers à Gaza), et le Président de l’Autorité palestinienne, M. Sharon a répondu: «Je ne vois aucune différence». «Ils ont tous opté pour une politique de meurtre. Nous agirons avec Arafat de la manière dont nous avons agi contre d’autres assassins», a déclaré Sharon.
«Ce sont des menaces très graves et qui préparent le terrain pour une atteinte physique à la personne du Président Arafat», a réagi le ministre palestinien chargé des Négociations Saëb Erakat dans une déclaration à l’AFP. «Nous faisons porter à Israël l’entière responsabilité pour ces menaces et le mettons en garde contre leur exécution», a ajouté M. Erakat, pour lequel le cabinet israélien se comporte «comme une mafia». Sharon avait menacé à plusieurs reprises de bannir voire de s’en prendre à la vie de M. Arafat, ce qui avait provoqué l’indignation des Palestiniens et une vague de protestations internationales, dont celle de Washington.
Lundi, l’un des fils de Sharon, Omri, s’était en revanche prononcé contre une expulsion par Israël du vieux leader palestinien. «Il faut agir avec logique, une expulsion de Yasser Arafat n’est ni faisable, ni dans l’intérêt d’Israël», a déclaré Omri Sharon lors d’une réunion interne de son parti, le Likoud (droite, au pouvoir).
Il a par la même occasion rejeté a fortiori des mesures plus radicales à l’encontre du leader palestinien. M. Arafat est littéralement assiégé dans son QG de Ramallah en Cisjordanie par l’armée israélienne, qui lui interdit toute liberté de mouvement depuis décembre 2001.
Avant cette date, Omri Sharon avait rencontré personnellement M. Arafat à plusieurs reprises.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *