Sit-in des syndicats devant le siège de la CMR

Sit-in des syndicats devant le siège de la CMR

Il coïncide avec le conseil d’administration de la Caisse prévu ce mardi

La contestation ne se limite pas aux syndicats puisque des membres du conseil d’administration de la CMR haussent le ton contre la réforme gouvernementale. Deux membres du CA voient aussi d’un mauvais œil le retard des réunions du conseil.

Les syndicats les plus représentatifs tiennent ce mardi un sit-in devant le siège de la Caisse marocaine des retraites (CMR). L’Union marocaine du travail (UMT), l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), la Confédération démocratique du travail (CDT) et la Fédération démocratique du travail (FDT) entendent donner une dimension symbolique à leur protestation. En effet, le sit-in coincide avec le conseil d’administration de la CMR.

Cette Caisse est au centre d’une réforme discutée actuellement au Parlement. Elaborée par le gouvernement et soutenue par la majorité parlementaire, la réforme doit introduire de nouvelles mesures paramétriques rejetées en bloc par les centrales syndicales. Il est question notamment du rallongement de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans, de la hausse des cotisations mensuelles des fonctionnaires ainsi que la baisse des pensions de retraites via une révision de la méthode de calcul. Ce sont là des mesures parmi d’autres qui sont destinées selon les responsables gouvernementaux «à sauver la Caisse de retraite des fonctionnaires de l’administration publique d’une faillite annoncée». Mais les syndicats ne l’entendent pas de cette oreille. Si les centrales sont d’accord en principe sur la réforme, elles critiquent la méthode gouvernementale qui ne tient pas compte, selon eux, de leurs propositions.

«Nous allons organiser ce sit-in en protestation contre l’unilatéralisme du gouvernement en imposant une réforme paramétrique en dehors des schémas et procédures légaux et constitutionnels», affirment les syndicalistes. Et de poursuivre: «Nous protestons également contre l’absence d’une enquête sur le patrimoine de la CMR et l’épargne des adhérents sans oublier la baisse de la qualité des prestations fournies». Mais la contestation ne se limite pas aux syndicats puisque des membres du conseil d’administration de la CMR haussent le ton contre la réforme gouvernementale.

Deux membres du CA voient aussi d’un mauvais œil le retard des réunions du conseil. «Au moment où le gouvernement insiste toujours sur l’examen des projets de loi liés à la réforme par le Parlement, nous avons reçu, en tant que membres du conseil d’administration représentant les fonctionnaires de l’administration publique et des collectivités locales, des documents relatifs à des sessions du CA qui n’ont pas eu lieu alors», expliquent Hassan Mardi et Mohamed Bouzkiri qui sont tous les deux membres du conseil d’administration de la CMR. A noter enfin que les parlementaires de la deuxième Chambre devaient examiner hier, lundi, les projets de loi liés à la réforme des retraites en commission. Une session qui devait avoir lieu sous haute tension.

Les représentants des syndicats à la Chambre des conseillers promettent de faire barrage devant lesdits textes. Les syndicats ont d’ailleurs réussi à retarder l’examen de ces projets plusieurs mois avant de céder. Mais le bras de fer se poursuit toujours entre les centrales syndicales et le gouvernement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *