SM le Roi : «La réintégration par le Maroc de l’Union africaine n’est pas une décision tactique»

SM le Roi : «La réintégration par le Maroc de l’Union africaine n’est pas une décision tactique»

Le Souverain a prononcé son discours depuis Dakar dans une démarche hautement symbolique à l’occasion du 41ème anniversaire de la Marche Verte

Le discours royal à l’occasion du 41ème anniversaire de la Marche Verte fera date. En effet, Sa Majesté le Roi s’est adressé au peuple marocain depuis la capitale sénégalaise, Dakar. Une initiative hautement symbolique qui témoigne de la grandeur des relations entre les deux pays frères mais également de la place du continent au cœur des préoccupations marocaines. «En M’adressant à toi aujourd’hui, à l’occasion du quarante-et-unième anniversaire de la Marche Verte, depuis la ville de Dakar, capitale de la République du Sénégal sœur, Je sais que tu ne seras point surpris par une telle décision.

En effet, le Sénégal fut parmi les Etats ayant participé à cette épopée nationale, aux côtés d’autres pays africains et arabes. Ce pays qui nous est si cher, a toujours été à la tête des défenseurs de l’intégrité territoriale et des intérêts supérieurs du Royaume», a dit le Souverain. «Ce discours, prononcé à partir de cette terre accueillante, traduit tout l’intérêt que nous portons à notre continent. La politique africaine du Maroc ne se limitera pas à l’Afrique occidentale et centrale. Nous veillerons plutôt à ce qu’elle ait une portée continentale, et qu’elle englobe toutes les régions de l’Afrique. C’est dans ce cadre que Nous avons effectué des visites au Rwanda et en Tanzanie, malgré le fait que les relations avec les Etats d’Afrique de l’Est n’étaient pas suffisantes, non pas par négligence ou par omission, mais pour des raisons objectives comme la langue, l’éloignement géographique et les différences de patrimoine historique», a ajouté Sa Majesté le Roi Mohammed VI tout en expliquant la portée de la dernière tournée royale en Afrique et les étapes prochaines. Le Souverain a, dans ce sens, affirmé que des contacts ont été engagés avec un autre grand pays africain.

«J’ai également engagé des contacts avec les autorités en République d’Ethiopie, et nous entamerons -si Dieu le veut- une étape nouvelle dans nos relations avec elle. Ce sera donc la première étape de la deuxième partie de Notre tournée dans un certain nombre de pays africains subsahariens, toujours dans le cadre du retour du Maroc à cette institution continentale», a indiqué le Souverain. Ces développements interviennent à un moment où le Royaume a décidé de réintégrer l’Union africaine.

«La réintégration par le Maroc de l’Union africaine n’est pas une décision tactique, pas plus qu’elle n’a obéi à des calculs conjoncturels. Elle est plutôt l’aboutissement logique d’une réflexion approfondie», a affirmé SM le Roi précisant que «lorsque nous annonçons notre retour, nous ne demandons la permission de personne pour obtenir notre droit légitime. En tout état de cause, le Maroc est de retour pour retrouver sa place naturelle. Il dispose d’une majorité écrasante pour occuper son siège au sein de la famille institutionnelle africaine». Autrement, le retour du Maroc s’inscrit dans le cadre d’une stratégie plus globale. Dans ce sens, le Souverain a indiqué que «ce retour permettra à notre pays de s’impliquer dans les stratégies de développement sectorielles en Afrique et d’y contribuer efficacement en les enrichissant de l’expérience singulière que le Maroc a accumulée dans de nombreux secteurs».

Le Souverain a évoqué un appel royal à la tenue d’un sommet africain en marge de la COP22 qui se tient actuellement à Marrakech. «Ayant conscience que l’Afrique compte parmi les régions les plus affectées par les changements climatiques, Nous avons tenu à ce que la Conférence sur le climat, dont les travaux démarreront cette semaine à Marrakech, soit une conférence pour l’Afrique. Aussi, Nous avons appelé à la tenue d’un sommet africain, en marge de cette conférence, en vue de mettre au point une vision commune pour défendre les revendications de notre continent, notamment en ce qui concerne le financement et le transfert de technologie», a fait savoir Sa Majesté le Roi. Alors que le continent africain occupe une place importante au cœur des préoccupations du Royaume, le Souverain aspire «à ce que la future politique du gouvernement soit globale et intégrée vis-à-vis de l’Afrique, et que celle-ci y soit perçue comme un ensemble». «Nous attendons également des ministres qu’ils attachent à l’Afrique le même intérêt qu’ils accordent à leurs missions et à leurs déplacements dans les pays occidentaux», a poursuivi SM le Roi faisant savoir que «le Maroc a besoin d’un gouvernement sérieux et responsable. Toutefois, la formation du prochain gouvernement ne doit pas être une affaire d’arithmétique, où il s’agit de satisfaire les desideratas de partis politiques et de constituer une majorité numérique, comme s’il était question de partager un butin électoral».

Le Souverain a expliqué que «le gouvernement, c’est plutôt un programme clair et des priorités définies concernant les questions internes et externes, avec l’Afrique au premier chef. Un gouvernement apte à aplanir les difficultés héritées des années passées, concernant le respect des engagements du Maroc vis-à-vis de ses partenaires». «Je veillerai donc à ce que la formation du prochain gouvernement se fasse conformément à ces critères et suivant une méthodologie rigoureuse. Et Je ne tolérerai aucune tentative de s’en écarter», a conclut Sa Majesté le Roi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *