SM le Roi : «L’état de la coopération euro-arabe requiert une nécessaire évaluation objective»

SM le Roi : «L’état de la coopération euro-arabe requiert une nécessaire évaluation objective»

Discours royal adressé au premier Sommet arabo-européen en Egypte

«Le Sommet d’aujourd’hui est d’une importance capitale pour le monde arabe, car il pose les jalons d’un dialogue qui s’inscrit d’ores et déjà en bonne place dans l’ensemble des relations tissées avec les Etats, les regroupements, les organisations régionales ou internationales».

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé un discours au premier Sommet arabo-européen, qui a ouvert ses travaux dimanche à Charm El Cheikh en Egypte. «Nous qui sommes ici réunis dans le cadre du premier Sommet UE-Ligue arabe, nous vivons en ce jour un moment fort du dialogue euro-arabe, au moment même où la conjoncture est riche en développements géostratégiques directement sensibles dans nos deux régions. Etape clé dans la relation entre nos deux ensembles, cette assemblée illustre notre volonté commune de hisser ce processus à des niveaux élevés.

Outre des effets tangibles sur la sécurité et la stabilité de nos deux régions, une telle entreprise ouvrira sans doute des perspectives prometteuses à la coexistence pacifique de nos peuples et leur apportera la prospérité économique et sociale souhaitée», a indiqué le Souverain faisant savoir que «le Sommet d’aujourd’hui est d’une importance capitale pour le monde arabe, car il pose les jalons d’un dialogue qui s’inscrit d’ores et déjà en bonne place dans l’ensemble des relations tissées avec les Etats, les regroupements, les organisations régionales ou internationales. Si l’intérêt accordé à ce sommet découle tout naturellement de la proximité géographique et de l’héritage historique, sa manifestation est, plus particulièrement, l’expression concrète d’une conviction partagée et l’aboutissement d’un travail humain, intellectuel et culturel global, qui puise ses références fondamentales dans la tradition permanente de dialogue et d’échange entre les civilisations arabe et européenne».

Le discours royal a dans ce sens, expliqué que «le Royaume du Maroc, qui a acquis, depuis des décennies, une expérience fructueuse singulière avec le partenaire européen, notamment dans le cadre du Statut avancé, aspire à élever cette dynamique collaborative à des niveaux supérieurs. Aussi, il est disposé à faire évoluer la coopération euro-arabe vers un partenariat innovant puisant ses ressources dans la richesse du patrimoine culturel et civilisationnel de chaque partie. Et il entend faire en sorte que, par une interaction féconde, elle constitue un véritable levier pour la construction d’une relation solide et équilibrée, adossée aux valeurs et aux intérêts communs, au respect mutuel, au dialogue constructif».

Sa Majesté le Roi a, en outre, indiqué que «l’état de la coopération euro-arabe, considéré à l’aune de son volume matériel et de son capital intellectuel, requiert une nécessaire évaluation objective et sereine de son bilan actuel, une reconsidération de ses axes, la définition de priorités stratégiques, présentes et futures, le perfectionnement de ses méthodes de travail. Il s’agit in fine d’en consolider les bases et d’en rehausser la performance». Et de poursuivre : «En conséquence, nous sommes appelés aujourd’hui à inscrire nos débats et nos dialogues dans une réflexion responsable et profonde autour des modalités de mise en œuvre effective de cette coopération. Pour cela, il faudra élaborer une conception intégrée et cohérente du projet d’avenir que nous voulons pour notre espace et il conviendra de faire en sorte qu’une telle vision repose sur un ordre des priorités rationnel, des objectifs rigoureusement définis et une approche collaborative fondée sur l’anticipation et dotée de moyens d’action souples et évolués».

Le discours royal a notamment identifié plusieurs priorités dont «Premièrement: la sécurité de la Nation arabe doit rester une affaire strictement arabe, tenue à l’abri de toute ingérence et de toute interférence extérieure. Toutefois, dans la mesure où l’atteinte à la sécurité de notre région constituerait immanquablement une atteinte à la sécurité de l’Europe, voire du monde entier, il faut souligner l’effort international que peuvent apporter des partenaires fiables».

Il est question deuxièmement de «promouvoir le renouveau du monde arabe. Il incombe à l’Europe d’aider ses voisins arabes à atteindre l’essor économique, scientifique et technologique nécessaire pour réduire les disparités économiques et sociales qui séparent les deux partenaires. A cet effet, il convient de promouvoir des projets de développement concrets qui redéfinissent les filières de circulation des investissements et des personnes et d’instaurer des équilibres productifs qui répondent aux préoccupations sécuritaires, économiques et sociales communes». Il s’agit troisièmement de «configurer les partenariats futurs de manière à créer un environnement intellectuel, culturel et médiatique propice à la coexistence et à la coopération entre les peuples des deux régions. Cette action permettra l’intégration des générations montantes et l’enracinement des valeurs de tolérance et d’acceptation de l’Autre, au-delà des stéréotypes éculés, loin de toute forme d’exclusion et de rejet qui engendre irrémédiablement une logique d’affrontement et d’antagonisme».

Le discours royal a été marqué aussi par le lancement d’un appel aux groupements arabes régionaux. «Nous saisissons cette occasion pour appeler les groupements arabes régionaux, dont l’Union du Maghreb Arabe à laquelle nous appartenons, à jouer pleinement le rôle qui leur revient dans le développement de nos relations avec le partenaire européen, en dépassant les écueils politiques et les différends bilatéraux qui entravent le processus de décollage et de développement», a dit le Souverain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *