Social : Les chantiers de Jetou

Social : Les chantiers de Jetou

Consolidation des acquis et poursuites des réformes, sont les maîtres mots du rapport «les grands chantiers du Maroc», récemment élaboré par les services du Premier ministre.
Le document soulève de nombreux déficits sociaux, causes directes des fractures géographiques. Quelques chiffres illustrent pleinement leur ampleur : plus de 40 % de la population sont analphabètes, 2,5 millions d’enfants ne sont pas scolarisés, particulièrement dans le milieu rural, 5 millions de personnes uniquement bénéficient d’une couverture médicale, le taux de mortalité infantile est de 40 par mille et 13 % de la population vivent en situation de pauvreté. En somme, les besoins impérieux des Marocains sont la santé, l’éducation et l’emploi.
SM le Roi Mohammed VI l’a souligné dans son discours lors de l’ouverture de la première année de la 7ème législature en octobre 2002 : «il s’agit, en fait, de quatre priorités, à savoir l’emploi productif, le développement économique, l’enseignement utile et le logement décent». Ainsi, la politique adoptée par le gouvernement de Jettou se décline en trois grands axes.
Le premier concerne la valorisation du capital humain et le renforcement des prestations sociales de base. Elle consiste en l’amélioration des conditions de vie des citoyens en leur favorisant l’accès au logement décent, aux soins de santé, aux infrastructures de base et à un enseignement de qualité. L’augmentation du taux de scolarisation à 14 % en 2007-2008 et l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur en vue de l’adapter aux besoins des PME ainsi que le renforcement de l’autonomie des universités figurent parmi les objectifs stratégiques de l’action du gouvernement.
En matière de santé, pour répondre aux besoins des patients, le ministère de tutelle a mis en place un programme pour la période 2005-2007, qui a comme devise «La santé pour tous». Ses principales actions consistent à la consolidation des acquis en matière notamment des programmes de prévention et de lutte contre les maladies, de sécurité sanitaire et le renforcement du réseau hospitalier. La seconde grande ligne de l’action du gouvernement porte sur le soutien aux populations aux besoins spécifiques (démunis, handicapés…) par la mise en place, entre autres, de programmes d’assitance et de formation pour faciliter leur intégration sociale. La lutte contre la pauvreté constitue un chantier prioritaire de l’action du gouvernement.
Les budgets alloués aux actions de co-développement sont en hausse régulière : 250 MDH en 2003, 340 MDH en 2004 et 500 MDH en 2005. Pour mieux répondre aux nouveaux impératifs de développement socio-économique du pays, un plan de développement social territorial a été conçu. Ce dernier décliné en contrats-programmes sociaux locaux, couvrira graduellement les provinces du Royaume à partir de 2005, pour être généralisé à la fin 2007.  Le dernier axe concerne la mise en œuvre de grandes réformes sociales. A ce sujet, trois grands chantiers ont été lancés, à savoir l’adoption du nouveau code du travail, l’instauration progressive de la couverture médicale de base, dont les deux principales composantes sont l’assurance maladie obligatoire (AMO) et le régime d’assistance médicale (RAMED), et la consolidation de l’ensemble du dispositif de sécurité sociale, de prévoyance et de retraites.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *