Syndicats : Grogne chez les fonctionnaires des collectivités locales

Syndicats : Grogne chez les fonctionnaires des collectivités locales

Alors que le chef de gouvernement annonçait à qui voulait l’entendre que son équipe a réussi à contenir les mouvements syndicaux, l’Organisation démocratique du travail (ODT) vient encore une fois d’infirmer les déclarations de Benkirane en assurant que ses mouvements de grève ne changeront pas de cadence. L’Organisation démocratique des collectivités locales, bras syndical de l’ODT dans le secteur, a en effet confirmé le maintien d’une grève les 29 et 30 octobre.

Derrière cette nouvelle sortie du syndicat, un bras de fer avec le ministre de l’intérieur qui perdure depuis trois ans déjà et plus exactement depuis août, lorsque l’intérieur avait sciemment décidé d’exclure l’ODT de la table du dialogue social. «Nous n’arrivons toujours pas à assimiler cette décision du ministère de l’intérieur, alors que l’ODT siège aux côtés de seulement deux autres centrales syndicales au Conseil supérieur de la fonction publique», nous déclare Mohammed Ennahili, secrétaire général de l’Organisation démocratique des collectivités locales. 

Selon ce dernier, les ponctions sur salaires restent en tête de liste des points de discorde entre le syndicat et le gouvernement. «Cette démarche est inconstitutionnelle. Nous l’avons dit, répété et nous maintenons que le chef de gouvernement doit abandonner cette décision, quelles qu’en soient les raisons qu’il avance». Autre point d’achoppement, une discrimination «voulue» entre les fonctionnaires de l’Intérieur au niveau central et le reste des fonctionnaires des collectivités locales. Selon Ennahili, ces derniers ne bénéficieraient pas de certains «privilèges» accordés à leurs collègues, notamment sur les volets des avancements et des promotions par voie de concours.

La grève de l’Organisation démocratique  des collectivités locales ne serait pas le seul mouvement décidé à l’échelle du secrétariat général du syndicat. Le secteur de l’Entraide nationale a publié lundi un communiqué où il annonçait sa décision d’observer un sit-in tout au long de la journée de demain devant le ministère de l’intérieur.

Et si la Fédération nationale des collectivités locales relevant de l’UMT (région de Tanger-Tétouan) maintient à son tour sa décision de battre le pavé le 29 octobre, c’est que le dialogue sectoriel s’annonce chaud pour le tout nouveau ministre de l’intérieur et ses équipes. «Nous gardons espoir que le nouveau ministre sera plus dans une logique de concertation», nous confiera Ennahili en assurant que l’ODT ne lâchera pas du lest, tant que le bout du tunnel n’est pas près de paraître.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *