Terrorisme : Treize Marocains interpellés en Espagne

Nouveau coup de filet antiterroriste de la police espagnole. Hier, la police a mené une vaste opération antiterroriste ciblant les milieux islamistes. Au total 15 personnes, dont treize Marocains et deux algériens, ont été interpellées lors de cette campagne de grande envergure, souligne un communiqué du ministère espagnol de l’Intérieur. Les suspects ont été arrêtés dans cinq localités de Catalogne au nord-est du pays, Barcelone, Badalona, Santa Coloma de Gramanet, Igualada et Mataro ainsi qu’à Malaga en Andalousie et à Aranjuez dans la région de Madrid. Cette opération policière intervient, après plusieurs mois d’enquête, dans le cadre de sa croisade contre le terrorisme islamiste. Les suspects arrêtés sont accusés d’appartenir à un réseau terroriste qui recrute des volontaires pour les envoyer dans les camps d’entraînement hors d’Espagne. Selon un porte-parole de la police espagnole, la destination de ces volontaires terroristes serait les camps d’entraînement d’Afghanistan et d’Irak.
Dans son communiqué, le ministère de l’Intérieur espagnol indique que les personnes interpellées sont soupçonnées d’être liées à diverses «organisations terroristes implantées dans le nord de l’Afrique et dans d’autres pays» comme l’Irak, auxquelles elles auraient envoyé des combattants et qu’elles auraient aidé à financer.
L’opération de police d’hier a permis ainsi la saisie de matériel informatique, des documents manuscrits, des agendas, des téléphones mobiles et des «documents sur le jihad». 
Cependant, aucune arme ni substance explosive n’ont été trouvées au cours des perquisitions effectuées depuis le début de l’opération.
L’opération, qui a été entamée à l’aube, précise le porte-parole de la police, est toujours en cours. La police pourra ainsi procéder à de nouvelles arrestations dans les heures qui viennent.
Hier, la radio privée pro-gouvernementale, Cadena Ser, a précisé sur son site Internet que ce coup de filet policier a été mené sous l’autorité du juge d’instruction antiterroriste madrilène Baltasar Garzon.
Depuis plusieurs mois, et plus particulièrement depuis les attentats perpétrés par la branche d’Al Qaïda dans le Maghreb, au Maroc et en Algérie au mois d’avril, l’Espagne est particulièrement vigilante face à la menace terroriste.
Le groupe terroriste a plusieurs fois mentionné dans ses récents communiqués Al Andalus, la péninsule ibérique sous domination musulmane entre les VIIIe et XVe siècle, comme référence mythique et territoire à reconquérir par le Jihad.
Rappelons que cette vaste opération coïncide avec la phase finale du grand procès des accusés des attentats terroristes perpétrés à Madrid le 11 mars 2004. Au total, 29 personnes, pour la plupart de nationalité marocaine, sont actuellement jugées pour leur rôle présumé dans ces attaques meurtrières qui ont ciblé la capitale espagnole. Revendiquées au nom d’Al Qaïda, ces explosions ont fait 191 morts et 1824 blessés. Ce procès, qui a débuté à mi-février dans la capitale, doit s’achever à la mi-juillet. Le jugement devrait être rendu au cours du mois d’octobre 2007.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *