Terrorisme : Washington fait ses comptes

Les attaques du 11 septembre contre le Word Trade Center de New York, et le Pentagone à Washington ont tué 3.062 personnes – de 78 nationalités différentes, souligne le rapport. Elles ont suffi à elles seules à faire grimper le nombre de victimes du terrorisme de 409 en 2000, à 3547 l’année dernière. Selon le rapport officiel américain rendu public mardi par le département d’Etat, il « s’agit du bilan meurtrier le plus élevé jamais enregistré». Le nombre des blessés recensés en 2001 est aussi en hausse avec 1.080 cas contre 796 l’année précédente, le tout malgré une baisse du nombre d’attentats (346 cas en 2001 contre 426 en 2000).
«Nous avons cette année tenté de saisir la réaction mondiale aux événements du 11 septembre en décrivant la campagne antiterroriste (…) et en présentant le mobilisation mondiale contre ce fléau » a expliqué Francis Taylor, coordinateur de la lutte antiterroriste du cabinet Powell.
Le département a également élaboré quatre principes concernant la politique de lutte contre le terrorisme : «ne faire aucune concession aux terroristes et ne rien marchander, «poursuivre les coupables en justice », «isoler les Etats qui soutiennent le terrorisme afin de les inciter à modifier leur comportement», et « étoffer les capacités de lutte des Etats qui coopèrent (…)». D’où «l’assistance» américaine en Géorgie, aux Philippines, au Yémen et au Soudan notamment.
Ce dernier pays se retrouve pourtant dans la liste des sept Etats qui « appuient le terrorisme». Avec à ses côtés, «l’axe du mal» défini par M. Bush en janvier – l’Iran, l’Irak et la Corée du Nord – Cuba, la Libye et la Syrie. «Nous espérons bien sûr que ces Etats (…) cessent les activités qui leur valent d’être inscrits sur la liste», a alors précisé M. Taylor. L’Iran aura certainement beaucoup à faire puisqu’il est en première position.
«L’Iran reste le pays le plus actif, (…) les partisans d’une ligne dure qui tiennent les rênes du pouvoir continuent de contrer tous les efforts pour modérer cette politique », écrit le rapport. Au contraire « le Soudan et la Libye apparaissent comme ceux qui sont le plus près de comprendre ce qu’ils doivent faire pour sortir » de cette liste qui implique des sanctions économiques américaines. L’Irak est accusé de soutenir divers terroristes, et d’être le seul pays musulman à ne pas avoir condamné les attentats du 11 septembre.
Les efforts de l’Autorité palestinienne et Yasser Arafat pour lutter contre le terrorisme ont par ailleurs été constatés par le rapport. Il note en effet que « les services de sécurité de l’Autorité palestinienne ont déjoué quelques attaques dirigées contre des Israéliens. Ils ont aussi découvert des caches et confisqué des armes et des explosifs ».
Le département d’Etat observe enfin que M. Arafat a répondu aux appels du président Bush pour prendre des mesures « efficaces et durables» contre le terrorisme, notamment lorsque le 16 décembre, depuis Ramallah où il était assiégé, il a appelé au cessez-le-feu et à l’arrestation d’activistes du Djihad islamique et du Hamas. Une note de satisfaction rendue publique au moment où le chef de la Maison-Blanche a cependant répété devant la presse «n’avoir jamais eu de respect pour Yasser Arafat » qui selon lui, « n’a pas répondu aux attentes de son peuple, qu’il a rendu pauvre, isolé et frustré»…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *