Terrorisme : Youssef Moussaïd appréhendé

Youssef Moussaïd, l’un des individus recherchés par la police après les explosions des 10 et 14 avril à Casabalanca, a été arrêté, vendredi dernier. Selon des sources policières, citées par la MAP, il a été interpellé à son domicile à Bouskoura sans faire preuve de la moindre résistance. Les mêmes sources ajoutent que le prévenu, arrêté sur la base d’éléments fournis par le chef de la cellule terroriste, n’était pas en possession d’explosifs. Youssef Moussaïd était recherché depuis 2004 pour ses liens avec les milieux salafistes radicaux.
Il est d’ailleurs le frère de Hasna Moussaïd, la seule femme arrêtée dans le cadre des investigations sur les explosions du 10 avril dernier. Cette dernière aurait loué la chambre de Hay El Farah qu’occupaient les kamikazes qui ont semé la terreur dans ce quartier. Réussissant à tromper la vigilance des services de sécurité, elle a été arrêtée, quelques heures plus tard, au domicile de sa famille au douar Rhamna, l’un des bidonvilles de la métropole. Hasna Moussaïd, indiquent des sources informées, est mère d’une fillette de cinq ans et elle serait enceinte à son troisième ou quatrième mois. Elle poursuivait ses études en deuxième année à l’une des facultés de Casablanca.
Youssef et Hasna sont issus d’une famille nombreuse comptant pas moins de neuf enfants. Deux de leurs frères étaient déjà impliqués dans des affaires de terrorisme. Saïd et Tahar Moussaïd avaient été poursuivis par la justice pour agression contre un auxiliaire d’autorité. Arrêtés et jugés, ils avaient été innocentés. Les Moussaïd entretiennent aussi des liens de parenté avec les frères Lamnaouer, membres de la cellule de Youssef Fikri. L’un des deux frères Lamnaouer a succombé à ses blessures, à Béni Mellal, lors de confrontations avec les forces de l’ordre, alors que le deuxième a été condamné à 10 ans de prison ferme pour son implication dans les crimes perpétrés par la cellule de Youssef Addad.
En plus de Hasna et Youssef Lamnaouer, les services de sécurité continuent de rechercher l’époux de la première. Ce dernier se prénomme non pas Younès, mais Yassine alors que les Moussaïd font tout pour ne pas en dévoiler l’identité exacte. Toutefois, selon des sources informées, il s’agirait de Yassine Rifki (ou Rafik), la trentaine. Ce dernier, assurent les mêmes sources, n’est pas originaire de Casablanca et aurait très peu fréquenté le domicile des Moussaïd.
On apprend également que les services de sécurité ont commencé, depuis quelques jours, à interroger des individus condamnés et emprisonnés pour terrorisme pour essayer de récolter plus d’éléments concernant les cellules responsables des explosions de Casabalanca. C’était le cas récemment pour Abdelmalek Bouyzkarne qui a été transféré de la prison de Salé vers Casablanca pour être entendu par les enquêteurs.      
Plusieurs membres des cellules de Casablanca avaient déjà été condamnés pour des affaires de terrorisme. C’est notamment le cas pour Abdelfettah Raydi, le kamikaze tué par l’explosion de sa bombe dans un cybercafé de Sidi Moumen, le 11 mars dernier. Mais aussi pour Abdellatif Amrine, l’un des kamikazes réservistes du 16 mai 2003, condamné à 30 ans de prison ferme et qui a été gracié pour des raisons de santé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *