Timitar, une neuvième édition aux multiples rythmes

Timitar, une neuvième édition  aux multiples rythmes

Les musiques amazighes et du monde allient leur rythme du 27 au 30 juin le temps de la 9ème édition du festival Timitar d’Agadir initié par l’association Timitar. Cette fusion a été assurée, mercredi, par le Guinéen Mory Kanté et le groupe amazigh Izenzaren. Une troupe que le festival veut mettre en valeur en lui rendant un vibrant hommage.
Deux représentants de la musique africaine, la troupe Conjuto Angola et Abdellah Oumbadougou du Niger, et un hommage aux paroles des Eayssantes du Souss, sont également à l’affiche de la première journée. En outre, le  festival a invité plusieurs stars de par le monde à l’instar du chanteur irakien Kazem Essaher, du mythique groupe américain Earth Wind and Fire, voire une panoplie de chanteurs et musiciens issus d’Algérie, de Colombie, de Corée du Sud et des Caraïbes. Timitar dédiera également lors de cette 9ème édition un concert en hommage à Feu Mohamed Rouicha. Cette soirée sera marquée par la participation de plusieurs artistes, dont le fils du défunt Hamdallah. Parallèlement, le public pourra découvrir le nouvel album du groupe intitulé «Akal» (Terre) produit par l’association Timitar, initiatrice du festival.  De surcroît, une pièce de théâtre portant l’appellation «Izenzaren: Un chant, une musique, un poème, un groupe toujours vivant» écrite et mise en scène par Abderrazak Zitouni, a été également présentée, mercredi soir, au théâtre de verdure. L’œuvre est dédiée à la mémoire de Feu Lahcen Boufertel, un des membres fondateurs de la troupe décédé l’an dernier.  Seront également de la partie, Ammouri M’barek, Abdelaziz Settati, Younes Migri, Said Mouskir, Izenzaren Chamekh, Aicha Tachinouite, Raissa Tihihit et d’autres artistes marocains. Et comme à l’accoutumée, le festival invitera les troupes traditionnelles Ahwach de l’Atlas et les Rayssates du Souss pour faire le bonheur des passionnés de la musique amazighe.  
Le débat s’invite également au festival à travers une table ronde sur les Igoudars (Greniers collectifs), héritage inestimable de l’architecture amazighe qui tombe en ruine et se dégrade d’année en année. Le but étant d’engager en urgence une concertation avec tous les acteurs concernés pour sa sauvegarde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *