Tripoli proteste contre l’ironie de Washington et exige des excuses

Tripoli proteste contre l’ironie de Washington et exige des excuses

La Libye a protesté officiellement mercredi contre les propos du porte-parole de la diplomatie américaine qui avait pris le parti d’ironiser vendredi sur l’appel de Mouammar Kadhafi à la guerre sainte contre la Suisse, a indiqué l’agence libyenne Jana. Le ministère des Affaires étrangères a convoqué mercredi la chargée d’affaires de l’ambassade américaine à Tripoli pour lui faire parvenir sa protestation après les propos tenus par le porte-parole de la diplomatie américaine au sujet du discours du colonel Kadhafi, a rapporté l’agence. Tripoli a indiqué qu’elle exigeait «des explications et des excuses» de Washington, prévoyant des «répercussions négatives sur les relations économiques et politiques entre les deux pays si aucune mesure n’est prise». Le porte-parole de la diplomatie américaine, Philip Crowley, avait ironisé vendredi sur le discours du colonel Kadhafi, rappelant au passage la diatribe insolite du dirigeant libyen à la tribune de l’ONU en septembre dernier. «J’ai vu cette information, et cela m’a rappelé cette journée de septembre, l’une des plus mémorables séances de l’Assemblée générale de l’ONU dont je me souvienne», avait-t-il déclaré. «Beaucoup de mots, beaucoup de papier volant un peu partout, et pas forcément beaucoup de sens», avait ajouté M. Crowley dans un éclat de rire. Le 23 septembre 2009, le colonel Kadhafi avait profité de la tribune des Nations unies à New York pour prononcer un discours-fleuve de 95 minutes (contre 15 prévues) où redites, improvisations et bizarreries avaient été légion. Mouammar Kadhafi a appelé jeudi les musulmans à mener le «jihad» contre la Suisse, qualifiée de «mécréante et apostate», et appelé au boycott de son économie en réponse à l’interdiction de la construction de minarets approuvée fin novembre par référendum à près de 60% dans la Confédération helvétique. Les relations entre Berne et Tripoli se sont détériorées après l’interpellation musclée, en juillet 2008 à Genève, d’un des fils du colonel Kadhafi, Hannibal, sur plainte de deux domestiques l’accusant de mauvais traitements.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *