Un Conseil consultatif pour la jeunesse: Une loi portant création de cette institution est aujourd’hui débattue au Parlement

Un Conseil consultatif pour la jeunesse: Une loi portant création de cette institution est aujourd’hui débattue au Parlement

La promotion de la participation des jeunes au travail associatif, ainsi que la réalisation d’études et des recherches portant sur les questions de la jeunesse et du travail associatif figurent également dans la liste des missions confiées au conseil.

Les jeunes auront leur propre conseil. Prévu par la Constitution le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative fait l’objet d’une loi portant création de cette institution qui est aujourd’hui débattue au Parlement.

Concrètement, le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative est, comme son nom l’indique, une instance consultative œuvrant dans les domaines de la protection de la jeunesse et de la promotion de la vie associative.

Dans les détails, le conseil est chargé d’étudier et de suivre les questions intéressant ces domaines de prérogatives avec la mission de formuler des propositions sur tout sujet d’ordre économique, social et culturel intéressant directement les jeunes et l’action associative. Comme prévu par la Constitution de 2011, le conseil œuvre également au développement des énergies créatives de la jeunesse, et leur incitation à la participation à la vie nationale. L’un des principaux objectifs fixés par la Constitution pour le conseil, est d’étendre et de généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays, ainsi qu’à aider les jeunes à s’insérer dans la vie associative.

De même, le conseil aura pour missions principales d’exprimer son avis sur les dossiers qui seront soumis au Souverain, au chef de gouvernement ainsi que les deux Chambres du Parlement. Il est également question de participer à l’élaboration de projets et aux stratégies du gouvernement en faveur de la jeunesse.
La promotion de la participation des jeunes au travail associatif, ainsi que la réalisation d’études et des recherches portant sur les questions de la jeunesse et du travail associatif figurent également dans la liste des missions confiées au conseil. Ce dernier doit également contribuer à l’élaboration d’une charte et d’un cadre de référence du travail associatif.

Il est également question de formuler des recommandations pour la promotion de la jeunesse et l’amélioration des conditions de travail associatif. Il faut préciser que le conseil qui sera dirigé par un président nommé par dahir, devrait être composé de 24 membres, choisis pour leur expérience dans le domaine associatif, ainsi que pour leur connaissance des problèmes de la jeunesse. Huit d’entre eux seront nommés par SM le Roi, 8 autres par le chef de gouvernement, quatre par le président de la Chambre des représentants et les quatre derniers par le président de la Chambre des conseillers.

A noter que l’article 33 de la Constitution stipule que les pouvoirs publics doivent travailler à étendre et généraliser la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel et politique du pays. Il est de ressort des pouvoirs publics, selon le même article, d’aider les jeunes à s’insérer dans la vie active et associative et prêter assistance à ceux en difficulté d’adaptation scolaire, sociale ou professionnelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *