Un globe-trotteur pas comme les autres

Un globe-trotteur pas comme les autres

Pour plusieurs personnes, un handicap physique constitue un obstacle pour réaliser leur rêve et réussir leurs projets d’avenir. Pour Driss Kadiri, handicapé moteur depuis sa naissance, son infirmité a été au contraire le facteur stimulateur pour aller au bout de son rêve, en l’occurrence faire le tour du monde à bicyclette. Voyageur infatigable, il a parcouru durant onze ans plus d’une centaine de pays dans le monde. Porteur d’un message d’amitié et de paix, il poursuit actuellement son long périple à travers les Etats-Unis. En effet, l’aventurier marocain qui espère rencontrer le célèbre chanteur américain non-voyant, Stevie Wonder, dont la musique constitue pour lui une grande inspiration et l’expression poétique de l’espoir, se trouve à Buffalo. Ensuite, il reprendra la route sur son vélo en direction d’autres villes du pays de l’oncle Sam à savoir Detroit, Chicago, Boston puis New York, dernière étape de son épopée mondiale.
La communauté marocaine établie à Chicago profitera de sa présence en Amérique pour lui exprimer son soutien. Un accueil particulier lui sera réservé samedi prochain, au restaurant « Marrakech Expresso» où il sera l’invité d’honneur de la Convention du Rotary International. Victime depuis son jeune âge d’une redoutable poliomyélite, Driss Kadiri se considère comme un « voyageur libérationniste » porteur d’un message d’espoir et de compassion pour les handicapés notamment les enfants du tiers-monde souffrant de pauvreté, de guerre et de négligence de la part de leurs gouvernements.
Sur son vélo, il sillonne les routes dans les quatre coins du monde pour montrer aux handicapés du monde qu’avec de la volonté, du courage et de la persévérance, on peut surmonter tous les obstacles y compris leur infirmité et réaliser des performances miraculeuses.
Paralytique à l’âge de 7 ans, Driss Kadiri ressent encore, à 48 ans, les  séquelles de la poliomyélite qui lui a tordu les jambes.
Malgré les sept opérations chirurgicales qu’il a subies, il souffre constamment mais sans jamais se départir de son courage et de sa détermination à concrétiser son rêve.
Après avoir sillonné plus de trente milles kilomètres et visité une centaine de pays d’Europe, du Moyen-Orient, d’Asie, d’Afrique, des Iles Caraïbes, de l’Amérique du Sud et de l’Amérique du Nord, Driss Kadiri gardera intacte la mémoire de son long voyage avec plus de 200  photos, lettres et articles de journaux. De l’Asie où il a été bien accueilli ou même du Brésil où il a été victime d’une cruelle agression (graves cicatrices au front et aux mains), des souvenirs seront ainsi gravés à jamais au plus profond de sa pensée. Bien qu’il n’a pas encore achevé son aventure, Driss Kadiri prépare déjà un autre projet. En effet, l’aventurier projette à son retour au bercail de compiler les péripéties de son long périple dans des bouquins illustrés pour partager ses émotions, son enthousiasme et ses douleurs avec d’autres aventuriers avides de liberté et de sensations fortes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *