Un service militaire au service de la jeunesse

Un service militaire au service de la jeunesse

Le Maroc a réactivé ce dispositif pour ouvrir devant les jeunes de nouvelles perspectives

«Le service militaire renforce le sentiment d’appartenance nationale. Il permet aussi de bénéficier d’une formation et d’un entraînement qui offrent des opportunités d’insertion socio-professionnelle aux conscrits capables de faire valoir leurs compétences, leur sens de l’engagement et des responsabilités»

Le service militaire vient d’être réactivé au Maroc. Un service qui vise notamment à ouvrir de nouvelles perspectives principalement devant la jeunesse marocaine. Dans ce sens, SM le Roi est revenu sur la question dans un discours royal prononcé à l’ouverture de la première session de la troisième année législative de la 10ème législature. «Nos importantes orientations ayant trait aux questions de l’emploi, de l’enseignement, de la formation professionnelle, du service militaire sont destinées à améliorer les conditions de vie des citoyens en général et des jeunes en particulier, à les mettre en capacité de servir leur patrie», a dit le Souverain.

Et de poursuivre : «En effet, le service militaire renforce le sentiment d’appartenance nationale. Il permet aussi de bénéficier d’une formation et d’un entraînement qui offrent des opportunités d’insertion socio-professionnelle aux conscrits capables de faire valoir leurs compétences, leur sens de l’engagement et des responsabilités. A cet égard, il faut souligner que tous les Marocains concernés par le service militaire, sans exception, sont égaux en la matière et ce, indépendamment de leur classe sociale, de leurs diplômes et de leur niveau d’instruction».

Au cours du mois de février dernier, le Souverain avait présidé un Conseil des ministres au Palais royal de Marrakech, au cours duquel deux projets de décret relatifs au domaine militaire et concernant l’application des dispositions de la loi 44-18 relative au service militaire, ont été adoptés. Ces deux projets visent respectivement à fixer les modalités de recensement, de sélection et d’enrôlement des assujettis au service militaire et la procédure suivie pour l’exemption de ce service, ainsi que la procédure de déclaration spontanée permettant aux personnes de sexe féminin et aux Marocains résidant à l’étranger de remplir de leur propre initiative le formulaire de recensement, outre l’indemnité spéciale concernant les charges des conscrits dans la zone sud et le salaire ainsi que les indemnités décidés en faveur des agents de réserve qui seront recrutés à nouveau.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi relative au service militaire, SM le Roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées Royales, a donné ses Hautes instructions pour que le nombre des appelés au service militaire atteigne 10.000 durant l’année en cours, avant de porter ce chiffre à 15.000 durant l’année prochaine. Par ailleurs, l’orientation royale vise également à encourager toutes les actions de solidarité et de bénévolat au sein de la société. Ainsi, le Souverain a indiqué dans le discours prononcé devant les parlementaires que «les liens d’unité et de cohésion entre les Marocains ne se limitent pas à l’aspect extérieur.

Ils puisent, au-delà, dans les valeurs de fraternité et de concorde, si profondément enracinées dans les cœurs, et dans l’esprit de solidarité qui les unit dans les heures fastes comme dans les épreuves difficiles. Nous veillons à raffermir ces liens indéfectibles qui unissent les Marocains depuis toujours. Pour cela, Nous nous attachons à adopter des politiques sociales efficaces, à faciliter et encourager toute initiative solidaire, à quelque niveau que ce soit». Dans ce sens, SM le Roi a appelé à «une simplification des procédures susceptibles d’encourager les différentes formes de dons, d’actions bénévoles et d’œuvres caritatives et d’appuyer initiatives sociales et entreprises citoyennes». «Il convient aussi de mettre en place de nouveaux mécanismes susceptibles de renforcer la contribution du secteur privé dans la promotion du social, et de l’inciter à prendre une part active dans l’amélioration des prestations offertes aux citoyens. Cette contribution doit se faire aussi bien dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises qu’à travers le lancement de partenariats public-privé dans le domaine social», a conclu le Souverain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *