Une charte des Déserts du monde

La nouvelle charte appelle à la création d’une instance internationale de consultation, constituée d’organisations gouvernementales et non gouvernementales et des organismes locaux. Cette instance aura pour mission de gérer le dialogue et la recherche et assurer le transfert des technologies entre les pays concernés directement ou indirectement par la problématique des déserts. Les participants ont reconnu, à l’issue d’une rencontre sur "la complémentarité des efforts pour le développement durable des régions des déserts du monde ", les déserts en tant que dimension et composante à part, dotée de caractéristiques adaptées pour la gestion et la sauvegarde à même d’assurer le développement durable. Dans cette optique, la charte des déserts du monde souligne la responsabilité de l’ensemble des pays vis-à-vis du phénomène de désertification  qui nécessite des solutions internationales et de la préservation de l’environnement des déserts, rappelant que les cultures et les traditions des peuples du désert sont reconnues en tant que patrimoine universel qu’il faut sauvegarder.
Ce nouveau document appelle, également, à promouvoir les principes de respect et de durabilité à même d’assurer l’équilibre et la particularité du système et de l’environnement des déserts, soulignant la nécessité d’éviter toute activité pouvant nuire à la stabilité de ces régions. La préservation des régions hydriques en tant que partie intégrante de l’environnement des déserts et une source de divertissement biologique, figure aussi parmi les clauses de la charte des déserts du monde qui met l’accent sur la nécessité de sauvegarder la flore du désert et ses particularités génétiques ainsi que la réalisation d’une gestion rationnelle pour un usage durable du système environnemental.
La charte des déserts du monde porte aussi sur l’exploitation rationnelle des animaux sauvages, la gestion rationnelle des ressources d’eau notamment par l’utilisation des techniques modernes et la préservation, la promotion et l’exploitation également rationnelle du patrimoine culturel et archéologique des déserts. De plus, elle appelle à la protection sociale et sanitaire des peuples des déserts d’une manière adaptée à leur mode de vie, à l’adoption d’une politique agraire appuyée par des aides financières et au développement des ressources des énergies renouvelables à même d’assurer un développement économique durable.
Le programme de ce festival, organisé par la Fondation Déserts du monde en collaboration avec la fondation internationale Zayed pour la protection de l’environnement, prévoit également l’organisation de conférences, d’ateliers de travail et des expositions visant à faire connaître les cultures des peuples des déserts.Le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’eau et de l’environnement, Mohammed Elyazghi, était arrivé samedi soir à Dubaï pour participer à cette 2ème édition du festival "Déserts du monde" pour les cultures et civilisations des peuples sahariens du monde.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *