Une nouvelle victime des mines du Polisario

Une nouvelle victime des mines  du Polisario

L’explosion d’une mine terrestre a fait une nouvelle victime dans la région de Lemsaid située 70 km à l’est de la ville de Tan Tan.
Un jeune homme de 16 ans a failli récemment trouver la mort suite à l’explosion d’une mine, ce qui lui a causé une grave blessure au niveau des pieds. La victime a été admise à l’hôpital provincial de Tan Tan avant d’être transférée vers l’hôpital militaire de Guelmim où les soins nécessaires lui ont été prodigués. Le jeune homme voulait allumer le feu pour préparer un thé à la saharienne quand il a été surpris par l’explosion de la mine.

Ce nouveau drame vient gonfler la liste des victimes de ces mines semées anarchiquement par les milices du Polisario soutenues par l’Algérie lors de la guerre qui les opposait aux Forces armées royales, et continuaient de faire des dégâts malgré le cessez-le-feu entre ces parties depuis 1991.

Ces mines constituent un danger qui guette la population des provinces du Sud, notamment les éleveurs de dromadaires qui sillonnent cette région à la quête de pâturages.
Le Royaume déploie des efforts considérables en vue de combattre le phénomène de ces mines, et ce malgré les conditions climatiques très sévères et les contraintes imposées par le terrain. Les opérations de déminage sont handicapées notamment par l’étendue du territoire dans lequel ces mines sont posées anarchiquement par les séparatistes. La chaleur, les vents violents et les pluies diluviennes rendent également le déminage et la détection difficiles, ainsi que l’inexistence d’engins démineurs.

L’assainissement entrepris jusqu’à ce jour et qui répond aux principes fondamentaux de la convention d’Ottawa a permis la dépollution d’une partie importante du territoire des provinces du sud du Royaume. L’opération de dépollution de l’ensemble des zones suspectes est toujours en cours. L’objectif étant de mettre à l’abri les populations civiles des risques inhérents aux accidents de mines et de leur permettre de vaquer à leurs activités quotidiennes et arriver à moyen terme à déclarer que la totalité de ces zones est dépourvue de mines et ouverte aux activités socio-économiques diverses.

A noter que le Maroc a signé et ratifié tous les instruments internationaux en matière de désarmement. Il fait de son adhésion à la convention d’Ottawa un objectif stratégique, et observe dans les faits les dispositions de cette convention, puisqu’ il ne produit pas, n’importe pas, ne stocke pas et ne transfère pas de mines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *