Une prière dans la ville de Smara

Les habitants de Smara peuvent comme, ceux des autres villes du Sud visitées par le Souverain exprimer à la face du monde l’attachement des Sahraouis à leur marocanité. L’accueil réservé au Souverain début novembre à Laayoune et à Dakhla avait été tout simplement historique. Il avait témoigné de ce qu’un referendum, basé sur la légitimité des votants, aurait confirmé. Le message du souverain était parvenu à bon port. L’image de la symbiose entre un Roi et son peuple avait renforcé davantage le sentiment de lassitude à l’égard des atermoiements des séparatistes et ceux qui les soutiennent et leur permettent de retarder indéfiniment la mise en oeuvre de la légalité internationale dans la région. A Laayoune et à Dakhla les citoyens sont sortis par milliers acclamer le Souverain. Plus, ils ont pu nommer des délégués qui ont salué S.M. le Roi et lui soumettre les problèmes et difficultés des habitants, exactement comme l’auraient fait ceux de n’importe quelle autre ville du Royaume. La tournée de S.M. le Roi Mohammed VI dans les provinces sahariennes avait été un signal fort d’un Souverain qui met un terme à toutes les surenchères sur la politique du Maroc sur son propre territoire. A Dakhla, le Souverain avait visité tous les chantiers ouverts depuis que la ville est revenue dans le giron de la mère patrie. Un nouveau port, des logements sociaux, une station de dessalement des eaux, des routes, etc. Autant de signes de sollicitude royale. Autant de marques de l’attachement du Maroc a ses provinces sahariennes. A Laâyoune, le souverain a renouvelé le contact avec ses sujets et continué sur la lancée de Feu S.M. Hassan II qui avait toujours entouré les habitants de la ville et de la région de sa haute sollicitude. Aujourd’hui c’est au tour de Smara, la ville sainte au passé glorieux, qui maintes fois fut la cible du courroux du colonisateur et à chaque fois se redressa, fière. Sur place, le souverain a renouvelé le contact avec des sujets qu’il était venu voir en 1985, alors prince héritier accompagnant son père feu S.M. Hassan II. Aujourd’hui, comme à l’époque, le même attachement lie le roi à ses sujets.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *