Une princesse et une reine soucieuses du social

Le Centre social Assadaka, l’une des plus importantes infrastructures sociales destinées aux enfants et aux jeunes en situation de vulnérabilité à Tanger, a été réalisé dans le cadre d’un partenariat exemplaire entre l’Entraide nationale et l’ONG espagnole  »Paideia » qui s’opère dans le domaine de la protection des jeunes et des enfants en difficulté.
A leur arrivée, SAR la Princesse Lalla Salma et la Reine Sofia ont suivi des explications sur la mission sociale du centre Assadaka, fournies par des responsables marocains et espagnols en charge de la gestion conjointe de cet établissement. Les responsables du centre ont également présenté à SAR la Princesse Lalla Salma et à la Reine Sofia le projet d’extension du centre pour la création d’un  »espace social pour les femmes et la petite enfance ». Le projet sera doté d’un investissement de l’ordre de 2,4 millions de dh, financé conjointement par l’Entraide nationale et l’association «Paideia». Le centre social Assadaka, destiné aux enfants et aux jeunes en situation de vulnérabilité, offre une importante infrastructure sociale dans la zone particulièrement défavorisée du quartier Bendibane à Béni Makada.
Le centre, opérationnel depuis le début de la saison 2004-2005, a été réalisé grâce à un partenariat entre l’Entraide Nationale et l’association espagnole Paideia pour un investissement global de 17,3 millions de dh. L’association Paideia a mobilisé plusieurs partenaires espagnols pour la réalisation de ce projet social. Il s’agit notamment de la municipalité de Madrid, l’Agence espagnole de coopération internationale (AECI) et la Fondation Santa Maria. Ont également contribué à ce projet, côté marocain, l’Agence de développement social, l’Association musulmane de bienfaisance Fahs-Béni Makada et la commune urbaine de Tanger. L’établissement se compose de deux espaces pour l’animation socio-éducative, la formation et l’insertion socio-professionnelle et d’un pavillon pour l’accueil et l’hébergement. L’espace d’animation socio-éducative bénéficie actuellement à 216 enfants (4 à 15 ans) en situation de précarité ou en rupture scolaire. En plus des activités scolaires, ludiques et sportives, les éducateurs, aidés d’une assistante sociale, assurent un suivi individuel de la situation de chaque enfant.
L’espace de formation et d’insertion socioprofessionnelle accueille 225 jeunes (14 à 21 ans) en rupture scolaire. Le centre offre quatre branches de formation professionnelle par apprentissage dans les domaines de l’électricité, la mécanique, la confection, les arts culinaires et l’hôtellerie. Le centre dispose également d’un pavillon d’une capacité d’accueil de 100 pensionnaires. A partir de cette année, l’établissement s’apprête à accueillir dans ce pavillon des enfants et des jeunes filles (5 à 17 ans) en situation d’abandon. En plus de l’hébergement, le centre prévoit pour ses pensionnaires des programmes d’action pour la réinsertion sociale, familiale et professionnelle. L’espace social pour les femmes et la petite enfance, qui s’inscrit dans le cadre de la deuxième tranche de ce projet de coopération, sera construit en extension du Centre Assadaka. Cette nouvelle dépendance offrira un espace social pour les femmes et les enfants en bas âge du quartier défavorisé de Bendibane. L’espace bénéficiera à environ cent femmes et à un nombre équivalent d’enfants en âge préscolaire vivant dans la précarité. Parmi les prestations envisagées au profit des femmes, il y a lieu de citer des sessions d’alphabétisation, de sensibilisation et d’éducation sanitaire et civique. L’accueil des enfants en âge préscolaire est une prestation qui va permettre aux mères bénéficiaires de concilier leur vie familiale et professionnelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *