USFP : Alliances, congrès de la jeunesse et session extraordinaire du conseil national

USFP : Alliances, congrès de la jeunesse et session extraordinaire du conseil national

Les résultats des négociations de la reformulation du gouvernement Benkirane tiennent tout le monde en haleine. En attendant le nouveau visage de la scène politique, l’heure est au resserrement des rangs au sein des partis de l’opposition, en particulier l’USFP.

Les alliances avec les formations politiques sur le même banc se préparent, la fusion avec les deux partis de la gauche, en l’occurrence le Parti travailliste (PT) et le Parti socialiste (PS), va bon train, les efforts d’un règlement de la cuisine interne se poursuivent. C’est ce qu’indiquent les responsables du parti de la rose.
«Nous nous situons aujourd’hui dans une alliance objective qui prend forme sur le terrain de manière naturelle et presque non réfléchie», estime Abdelhamid Jmahri, membre du bureau politique de l’USFP. «Nos alliés sont les partis qui partagent avec nous une position claire, notamment les partis de l’opposition, à savoir l’Istiqlal et le PAM», précise-t-il.

Et d’ajouter que cette potentielle «alliance objective» s’étend même au RNI, parti en pleine concertation avec Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement, «mais qui est toujours dans l’opposition jusqu’à preuve du contraire».  
Et pour cause, selon M. Jmahri, il n’y a aucun signe qui va dans le sens positif : «Aujourd’hui il faut attendre que la situation s’éclaircisse et que le gouvernement prenne forme. Dans ses dernières sorties médiatiques, le chef de gouvernement n’exclut aucune éventualité allant jusqu’à faire allusion à une dissolution du gouvernement et à des élections anticipées, ce qui créerait un véritable changement dans le paysage politique.

Nous sommes donc contraints d’attendre», explique ce responsable. Mais ce n’est pas pour autant que le parti de la rose n’essaie pas de reprendre ses forces. La procédure d’intégration du PS et du PT se fait à différents niveaux de manière progressive et normale. Intégration de leurs bureaux politiques dans la commission administrative de l’USFP, leurs jeunes militants dans la jeunesse ittihadie. Il est à noter que cette dernière prépare son congrès pour la mi-septembre. Aussi le statut du parti sera révisé conformément à la décision de fusion. A cet effet, une session extraordinaire du conseil national de l’USFP pour la mise en œuvre de la fusion et l’adaptation du statut est prévue prochainement.

Ainsi la famille ittihadie essaie de s’agrandir tant bien que mal. «Le parti comptait lors du dernier congrès quelque 30.000 militants, il devrait aujourd’hui connaître du renfort avec la fusion». Pour rappel, l’USFP a été laminé par les participations aux différents gouvernements depuis 1998, ainsi que par les innombrables cessions et explosions internes. Aujourd’hui après le passage en opposition et le dernier congrès, les dirigeants de l’USFP «sont dans une logique de réunification et de regroupement à travers laquelle ils tentent d’opérer une transformation dans la psychologie des militants et impacter positivement l’opinion publique», conclut M. Jmahri.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *