Vote-sanction : L’UMT persiste et signe

Vote-sanction : L’UMT persiste et signe

La centrale syndicale adresse un nouvel appel et publie la liste des nouvelles cotisations revues à la hausse après l’entrée en vigueur de la réforme des retraites

Il semblerait que l’UMT n’a pas apprécié la manière avec laquelle une manifestation à Rabat contre la réforme des retraites a été dispersée dimanche dernier. De nombreux fonctionnaires ont manifesté dans la capitale contre la réforme du régime civil des pensions de retraite à la CMR.

L’Union marocaine du travail (UMT) récidive. La centrale syndical vient de lancer un nouvel appel au vote-sanction contre le gouvernement actuel aux prochaines législatives prévues vendredi prochain. Le syndicat dirigé par Miloudi Moukharik a dénoncé la hausse des cotisations retenues sur les salaires des fonctionnaires après l’entrée en vigueur de la réforme des retraites. Des cotisations qui ont augmenté dès le mois de septembre dernier en fonction des salaires et des grades des fonctionnaires concernés. «Nous n’allons pas oublier l’activation des nouvelles cotisations à la surprise générale juste après la fête du sacrifice et la rentrée scolaire», martèlent les syndicalistes. C’est là une raison pour l’UMT afin d’appeler une nouvelle fois au vote-sanction contre la majorité gouvernementale conduite par le Parti de la justice et du développement (PJD).

C’est en effet la deuxième fois que ce syndicat adresse un appel à ses militants et sympathisants pour un vote-sanction en l’espace de quelques jours. Mais il semblerait que l’UMT n’a pas apprécié la manière avec laquelle une manifestation à Rabat contre la réforme des retraites a été dispersée dimanche dernier. En effet, de nombreux fonctionnaires ont manifesté dans la capitale contre la réforme du régime civil des pensions de retraite à la Caisse marocaine des retraites. Les autorités sont alors intervenues pour disperser la manifestation qui n’aurait pas obtenu l’autorisation préalable. «Nous n’allons pas oublier la confiscation de la part du gouvernement du droit des fonctionnaires à manifester et à protester après son intervention musclée contre la marche pacifique du 2 octobre dernier», ajoutent-ils. Et de conclure: «Nous n’allons pas voter pour les responsables. Rendez-vous est pris le 7 octobre prochain pour voter massivement afin de faire entendre notre voix et exprimer notre dégoût et colère contre toutes les décisions qui ont mis les fonctionnaires en difficulté».

Il faut préciser que d’autres syndicats ont également appelé à un vote-sanction. C’est le cas notamment de la Confédération démocratique du travail (CDT) qui a exhorté ses sympathisants à voter pour la Fédération de la gauche démocratique (FGD). Pour rappel, la FGD compte dans ses rangs le Congrès national ittihadi, un parti fondé par Mohamed Noubir Amaoui, secrétaire général de la CDT, après son désaccord avec la direction de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) au début des années 2000. La FGD se compose également du Parti socialiste unifié (PSU) et du Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PAD).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *