«Zinni doit établir un calendrier pour le retrait israélien»

Le responsable palestinien exprime en somme le sentiment de tous les Palestiniens, frustrés par trop d’attent stéril. M. Zinni, a-t-il dit, devra, à l’occasion de sa visite, « établir un calendrier garantissant le retrait total des forces d’occupation israéliennes des territoires palestiniens occupés ». Et d’ajouter que « tout effort politique international ou régional qui ne conduirait pas à la fin de l’occupation s’effondrera ».
Barghouti a également assuré que « si le but de Zinni est d’appliquer le discours du secrétaire d’Etat américain Colin Powell sur un Etat palestinien et la fin de l’occupation, alors il trouvera toute coopération de la part de l’ensemble des factions palestiniennes ».
Dans une déclaration à la presse, le responsable palestinien a ajouté qu’ « il a été prouvé que la sécurité des Israéliens est entre les mains des Palestiniens et non dans le recours par Israël aux chars, F-16, (les hélicoptères) Apache et assassinats ». « Il n’y a qu’un seul chemin pour la sécurité, la fin de l’occupation ». Il n’a pas non plus été très tendre avec Shimon Peres, le ministre israélien des Affaires étrangères, qui entretient des contacts avec les Palestiniens, l’accusant de remplir une « fonction dangereuse ». « Peres, a-t-il dit, est le directeur général des relations publiques chargé de commercialiser et de justifier les crimes de Sharon ».
Et de poursuivre que « si Peres était vraiment sérieux dans sa recherche de la paix, il n’aurait pas participé au gouvernement du criminel Sharon ». À ses yeux, le chef de la diplomatie israélienne porte, avec le Premier ministre, la responsabilité entière des crimes qui ont eu lieu et qui se poursuivent contre le peuple palestinien.
« L’unique plan politique de Sharon est la chute de Yasser Arafat, l’effondrement de l’Autorité palestinienne, la liquidation de l’Intifada et la réoccupation des territoires palestiniens », a-t-il accusé.
Par ailleurs, et certainement dans la perspective de la venue de M. Zinni, Israël a affirmé avoir desserré jeudi son étau sur les territoires palestiniens. Tout en restant intraitable sur les questions politiques avec les Palestiniens. L’émissaire américain devait s’entretenir ce vendredi avec Sharon à Al-Qods et avec le président palestinien à Ramallah.
Le ministère israélien de la Défense a affirmé jeudi que l’armée avait reçu ordre de mettre fin au blocus autour de quatre villes palestiniennes de Cisjordanie : Tulkarem, Kalkiliya, Jénine et Al-Khalil.
Un porte-parole de Sharon a indiqué que les allégements « visent à faciliter la vie de la population (palestinienne) ». Des assertions démenties par Nabil Abou Roudeina, conseiller du président Arafat, qui a estimé que « les chars israéliens ont simplement changé de position sur le terrain ». Le ministre de l’Information, Yasser Abed Rabbo affirmant qu’aucun retrait n’est intervenu et que « toute cette opération n’est qu’un mensonge ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *