18 pays et 48 courts métrages dans la course

Et c’est le film «Le paysan éloquent» signé Chady Abdessalam qui a ouvert le bal de cette fête du court-métrage méditerranéen.    
La 6ème édition est une nouvelle confirmation de la justesse et de la pertinence des choix qui ont présidé à la naissance de ce festival et à son développement. Et de nouveau, Tanger s’affirme en effet comme une capitale du court-métrage méditerranéen et constitue une vitrine de la dynamique et de la créativité du court- métrage marocain. Depuis son initiation, le festival a gagné en renommée et en prestige, en témoigne le nombre de films ainsi que le nombre de pays présents cette année, mais surtout la qualité et le professionnalisme des réalisateurs et des œuvres sélectionnées.  L’engouement de la jeunesse méditerranéenne qui transforme le court-métrage en un vecteur d’expression et d’épanouissement, fait renaître une forte confiance en l’avenir des cinémas méditerranéens.  Le jury de la sixième édition du Festival du court-métrage méditerranéen de Tanger est présidé par le cinéaste Nabil Ayouch, lequel est épaulé par Nadia Samir, comédienne (Algérie), Touria Hadraoui, écrivaine, journaliste et chanteuse du malhoune (Maroc), Maria Pilar Cazorla, productrice (Espagne), Jacques Kermabon, rédacteur en chef de la revue Bref (France), Kamal Ramzy, critique (Egypte), Karim Boukhari, journaliste et critique. La cérémonie d’ouverture a été inaugurée par le film «Le paysan éloquent», de Chady Abdessalam célèbre pour son premier long métrage, «La momie». Il a réalisé et soutenu de nombreux courts et moyens métrages et a dirigé à partir de 1968 le Centre expérimental du film au Caire. Le film narre l’histoire d’un paysan  qui, en se rendant à la bourgade la plus proche, s’est fait voler ses biens. Pour se faire justice, il invoque le pharaon en une langue pure et idéale. Le pharaon fait la sourde oreille et pousse le paysan dans ses derniers retranchements… Les projections des films auront lieu au cinéma Roxy, du  mardi 24 au vendredi 27 juin. La sixième édition du Festival du court-métrage de Tanger invite,  cette année, 18 pays dont l’Algérie, la Bosnie, la Croatie, l’Egypte, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Italie, le Liban, le Portugal, la Serbie, la Tunisie, la Turquie, la Syrie, la Slovanie et bienentendu le Maroc, pays organisateur. En plus des projections, les organisateurs organisent des conférences de presse à l’hôtel Chellah à partir de 10h00, un programme intitulé «Leçon du cinéma» est prévu, avec le film de Ben Diogaye Beye  «Le message filmique à travers les espaces géographiques», samedi 28 juin à 11h00 à l’hôtel Chellah. Le cinéma itinérant ou la caravane cinématographique,  est organisé du mardi 24 au samedi 28 juin, à raison de 2 séances par jour ( 15h00 et 20h00), avec des projections programmées dans différents lieux, notamment la prison civile, la place des Arènes, Jardin Moulay Ismaïl. Les organisateurs offriront aux spectateurs un panorama d’une cinquantaine de courts-métrages marocains. La cérémonie de clôture aura lieu le samedi 28 juin au cinéma Roxy. Embarcation pour la belle «mariée du Nord», Tanger, pour une dégustation signée court- métrage.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *